Culture : où sont les femmes ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Plus de parité à la tête des institutions culturelles ?18,5 % de femmes seulement à la tête de ces institutions. L'Assemblée nationale a souhaité plus de diversité et de parité dans le recrutement, dans une résolution votée mercredi 5 juin 2013.

Cette résolution, qui n'a aucune valeur contraignante, préconise la mise en place de commissions de sélection chargées d'auditionner les postulants et d'émettre un avis au président de la République, à qui revient le pouvoir de nomination par décret des dirigeants d'établissements culturels.
Logiques de personnes
Patrick Bloche (PS), président de la commission des affaires culturelles de l'Assemblée, a regretté que les désignations de personnalités à la tête d'établissements culturels soient le fait de "logiques de personnes qui supplantent les logiques de projets".
Une situation qui conduit selon lui à "une assez faible diversité sociale et culturelle dans les parcours professionnels", ainsi qu'à "une faible représentation des femmes" qui constituent seulement 18,5% des postes dirigeants de l'administration culturelle.
Un cadre contraignant
La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, qui s'est félicitée de cette "initiative parlementaire" a elle aussi exprimé ses doutes sur le rôle de commissions de sélection, rappelant que le cadre constitutionnel étant "très contraignant", une telle procédure était "très peu susceptible d'être appliquée très largement".
De même, bien que les principes de diversité et de parité aient semblé faire l'unanimité parmi les députés, ces derniers ont exprimé leurs réserves face au rôle que joueraient de telles commissions.
"Quelle sera la composition de ces commissions ? Quel sera la nature de leur pluralisme (...) Quelles seront leurs attributions ?", s'est interrogé le député UDI Michel Piron.
"Molière et Luli n'auraient jamais été de grands artistes s'il n'y avait pas eu le choix du Roi contre les avis de tous les spécialistes culturels de l'époque!", a lancé François de Mazières, député-maire de Versailles (apparenté UMP), jugeant que créer des commissions de sélection n'est pas "nécessairement inspiré".
Aller plus loin
"La résolution aurait pu être un peu plus ambitieuse. Elle aurait dû aborder d'autres éléments (...) comme l'encadrement des rémunérations des dirigeants, l'interdiction du cumul des mandats", a déploré la députée écologiste Isabelle Attard.
Marie-George Buffet, élue communiste de Seine-Saint-Denis, aurait souhaité aller plus loin dans cette résolution qu'elle juge "un peu timide" en appelant de ses voeux une initiative législative.
"Nous le faisons sous forme de résolution, c'est un début, mais à quand une vraie réforme du mode de désignation ?", a-t-elle interrogée, proposant notamment de conférer le pouvoir de nomination des dirigeants d'établissements culturels aux commissions de sélection, en lieu et place du Président et de son ministre.
CC/AFP

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles