Des critiques violentes adressées par courriel justifient-elles la protection fonctionnelle ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

 Un courriel adressé à des cadres de direction en termes parfois violents peut ne pas justifier l'attribution de la protection fonctionnelle au regard notamment du caractère limité de sa diffusion à l'intérieur de l'établissement.

 Un directeur d'une unité de formation et de recherche (UFR) d'une université et sa directrice adjointe avaient reçu, de la part d'un de leur collègue professeur à cet UFR, un courrier électronique. Compte tenu du contenu du courriel, les deux cadres avaient demandé au président de l'université de leur accorder la protection fonctionnelle (qui leur avait été refusée).

La haute juridiction a admis que le courriel en cause contenait des critiques des intéressés formulées en des termes parfois violents. Le Conseil d'Etat a toutefois constaté que le message était intervenu à l'occasion d'un différend d'ordre professionnel relatif à un recrutement et qu'il était resté diffusé de façon limitée à l'intérieur de la communauté universitaire.

Le CE a considéré, dans les circonstances de l'espèce, qu'eu égard tant au contenu du message qu'au contexte dans lequel il était intervenu, que le président de l'université n'avait pas méconnu les dispositions législatives régissant la protection juridique en refusant d'accorder celle-ci.

(CE 14 avril 2010 - n° 316032).

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles