Dette toxique : Lille Métropole durcit le ton

La Rédaction

Sujets relatifs :

Lille Métropole a introduit en février 2010 un contentieux devant le TGI de Paris contre la Royal Bank of Scotland (RBS) pour annulation de trois emprunts « toxiques » (des swaps) d'un montant de 165,3 M d'euros et dont les intérêts s'élèvent à 14,8M pour 2012. Sans attendre la décision du juge, le conseil communautaire vient de décider de rembourser une partie seulement de ces intérêts (6,9 M d'euros correspondant aux produits financiers encaissés par l'EPCI depuis l'origine) et de provisionner sur un compte, le surplus de 7,7 M d'euros considérés comme indus. Les élus s'appuient sur la décision de justice rendue en novembre 2011 en faveur de Saint-Etienne. Le tribunal avait alors reconnu le bien fondé de la décision de la ville estimant que l'information donnée par le prêteur à son client n'était pas à la hauteur des enjeux. Parallèlement, Lille Métropole a décidé d'attaquer Dexia en justice. En cause, l'échec des discussions engagées sur 7 prêts structurés, dont le capital restant dû s'élève à 71,39 M d'euros.

Sur ce thème, lire notre article "Emprunts toxiques : la banque gagne toujours"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Osez la parité !

Osez la parité !

L’association « Dirigeantes & territoires » est une association qui veut promouvoir la sororité et faire avancer concrètement l’égalité entre les femmes et les hommes au sein des collectivités territoriales. Elle organise les 10...

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Développement local, le trou noir de la PAC

Développement local, le trou noir de la PAC

Plus d'articles