abonné

« Dis-moi ce que tu finances, je te dirai qui tu exclus »

Claire Lafon

Sujets relatifs :

, ,
« Dis-moi ce que tu finances, je te dirai qui tu exclus »

Symbol for unequal payment. Gender symbols on different high stacks of coins.

© AdobeStock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous faites tous les ans des « budgets genrés », car ils bénéficient largement plus aux hommes. Il est donc temps de passer à la « budgétisation sensible au genre » (BSG). « Dégenrer » les budgets, c’est prendre en compte les inégalités femmes-hommes dès leur élaboration. Et ça marche.

Un budget public est financé à parts égales par les impôts des citoyens et des citoyennes. Ce budget devrait donc logiquement bénéficier autant aux administrés des deux sexes. Pourtant, nos villes sont encore faites par et pour les hommes. L’attribution des enveloppes publiques n’est pas neutre en termes de genre.

Lire aussi : DP2 : la mixité avant tout dans les cours d'école

Les petites filles décrochent des loisirs[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles