Eau : la ressource doit être mieux partagée

La Rédaction

Sujets relatifs :

On annonce depuis quelques années que « les prochaines guerres seront conduites pour l'eau ». Il est vrai que les tensions autour de l'accès à l'eau sont en forte progression et que l'on estime qu'en 2025, les besoins devraient croître de plus de 50 % par rapport à la situation actuelle.

Dans ce contexte, la Commission des affaires étrangères française avait lancé en octobre dernier une mission d'information sur la géopolitique de l'eau. Celle-ci vient de rendre son rapport qui, après avoir dressé un état des lieux de l'eau dans le monde, essaie de préciser comment mieux protéger et mieux partager cette ressource.

Ainsi, il est indiqué qu'une bonne gestion locale ou régionale de la ressource est la clé principale pour assurer une disponibilité suffisante de l'eau et pour prévenir certains conflits. Mais le préalable à  cette gestion locale suppose des programmes d'analyses scientifiques sur les bassins et les aquifères afin de constituer des bases de données partagées et accessibles.

Il est donc nécessaire « d'agir pour une gestion intégrée des ressources en eau » en prônant et favorisant la décentralisation et l'association des populations locales, ceci à l'échelle du bassin versant ou de l'aquifère. En ce domaine, la France peut constituer une référence car depuis 1964 cette gestion par bassin a démontré son intérêt. Il reste que ce choix peut se heurter à des divisions politiques et administratives, notamment sur des bassins transfrontaliers. D'où la création d'agences transnationales.

Au-delà, la bonne gestion locale doit s'accompagner d'un renforcement de la gouvernance internationale de l'eau pour que ce sujet devienne prioritaire. Le rapport préconise de « créer une agence mondiale de l'environnement ». Mais plusieurs critiquent cette idée d'agence unique, à l'échelon mondial et incapable de promouvoir une gouvernance locale.

Un beau sujet pour le sommet mondial de l'eau à Marseille en mars prochain !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles