Emballages : le taux de recyclage stagne

La Rédaction

Sujets relatifs :

Eco-Emballages vient de publier son bilan 2012. On peut dire que c'est un bilan mitigé.

L'éco-organisme se félicite des efforts faits par les entreprises (il faut dire qu'elles lui fournissent les recettes !). L'éco-conception a permis de réduire le tonnage d'emballages ménagers mis sur le marché de 100 000 tonnes entre 2007 et 2012. Le gain porte essentiellement sur la réduction de leur poids. Signalons toutefois que ce mouvement ne date pas d'hier car c'est un facteur d'optimisation des coûts pour ces entreprises. On peut aussi se poser la question de l'effet « crise » et de la baisse des ventes en général !

En revanche, Eco-Emballages distribue un carton orange aux collectivités. Après un accroissement du taux de recyclage de 3 à 4 % jusqu'à la fin des années 2000, celui-ci stagne à 1 % seulement depuis ces dernière année. Or, il faudrait qu'il progresse de 3 % par an pour atteindre les objectifs du Grenelle, soit 75 %. Le taux n'est donc que de 67 % pour 2011 et 2012 !

Le Directeur général d'Eco-Emballages a d'ailleurs affirmé à ce sujet qu' « il n'y a plus de corrélation entre les soutiens à la tonne et les tonnages recyclés ». C'est sans aucun doute une réponse à ceux (le CNR et Amorce) qui affirment que l'éco-organisme ne respecte pas, lui non plus, les objectifs du Grenelle c'est à dire « couvrir 80 % des coûts nets de référence du service de collecte et de tri optimisé en 2012 ».

Si certains matériaux présentent de bonnes performances (l'acier avec 97 %, le verre avec 86%), le taux du papier-carton est insuffisant (67%). Quant au plastique, c'est la catastrophe : 22 %. Mais seuls les bouteilles et flacons sont recyclés. L'expérience sur l'extension des consignes de tri n'est pas terminée, mais elle montrerait un accroissement de 30 % du recyclage. Un autre axe de progrès concerne les villes (30 kg de déchets par habitant et par an seulement contre 54 kilos en milieu rural). Il faudrait donc mener des actions spécifiques en ville et dans les collectifs.

Sinon, il y a la piste de la tarification incitative mais, pour se mise en place, il faudra sans aucun doute attendre les prochaines échéances électorales !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

La dernière Lettre du Cadre vient d'arriver. Au sommaire : ces déchets que nous ne préférons réduire plutôt que réduire, un énième épisode du management en temps de crise, le renouveau des instances médicales dans les...

24/06/2022 |
Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Plus d'articles