Emprunt toxique : la faute à l'euro ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Pour construire son espace culturel, la commune de Ploeren a emprunté, en 2007, à la banque Dexia, la somme de 3,7 M d'euros sur 30 ans. Cet emprunt comportait une période de taux bonifié, auquel a succédé un taux variable, indexé sur le franc suisse. Le taux, d'abord fixe de 2,96% est passé, compte tenu du différentiel de change avec l'euro, à plus de 11% aujourd'hui, portant l'annuité à 600 000 euros, contre 150 000 euros au départ. La commune est au bord du gouffre financier. Corentin Hily, le maire a entamé des négociations avec Dexia... vaste mission.

A lire sur ce thème nos articles :"Opération décontamination sur les emprunts toxiques" et "Dette pourrie : Unieux croise le fer avec Dexia"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

À l’heure de l’éco-anxiété, Ronan Dantec, sénateur (EELV), fait entendre une musique différente. Auteur d’un rapport sénatorial en 2019 sur le sujet (1), président du Comité national d’orientation de l’Office national sur...

21/09/2022 | Espace public
Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

"Les collectivités doivent porter une attention particulière aux travailleurs mobiles dans leur politique d’aménagement et de mobilité"

"Les collectivités doivent porter une attention particulière aux travailleurs mobiles dans leur politique d’aménagement et de mobilité"

La politique de la ville, une priorité, vraiment ?

La politique de la ville, une priorité, vraiment ?

Plus d'articles