Emprunt toxique : Tours attaque la banque

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le conseil municipal de Tours a décidé de ne plus verser les intérêts d'un « swap » contracté pour restructurer sa dette (195,5 M¤ d'encours et 27 M d'annuité en 2013). Contracté en 1996, auprès de Calyon, banque d'investissement du Crédit Agricole, l'emprunt qui portait sur un montant de 20 M¤ d'euros comportait un mécanisme de « snawball » : les intérêts s'additionnent d'un trimestre sur l'autre jusqu'à atteindre aujourd'hui 18,8 %. La ville qui estime avoir été trompé réclame la conversion du taux variable en taux fixe. Elle a saisi la justice pour faire valoir son bon droit.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

1607 heures : le Conseil constitutionnel a-t-il vraiment sonné la fin de la récréation ?

Même le Conseil constitutionnel le dit, les 1607h c’est pour tout le monde. Question d’équité. Mais si, derrière ces grands principes, se cachait davantage de subtilité ? Peut-être pas jusqu’à rouvrir le débat, quoi que…Fin...

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

Plus d'articles