Estrosi met sa rectrice dehors pour financer la réforme des rythmes scolaires !

Christine Cathiard

Sujets relatifs :

, ,
Estrosi met sa rectrice dehors pour financer la réforme des rythmes scolaires !

echec

© BlueSkyImages - Fotolia.com

La rectrice de l'académie de Nice va devoir, selon Nice Matin, faire ses valises. Le député maire UMP de la ville, Christian Estrosi, aurait décidé de mettre en vente la villa La Béluga que la ville de Nice louait à la rectrice. Objectif ? Financer en partie la réforme des rythmes scolaires à Nice ( 3,9 millions d'euros cette année.) Revue de presse.
"Les familles niçoises ont plus besoin d'être accompagnées que le représentant du ministère", a déclaré Estrosi. Selon Libération, Estrosi "se venge" sur la rectrice car il estime que la réforme des rythmes scolaires coûte trop cher à la ville et va donc vendre la villa. Cette villa appartenant à la commune était mise à la disposition du recteur d'académie depuis 1971 à titre gracieux. Ce n'est qu'à partir de 1999 qu'un loyer mensuel a été exigé au représentant de l'Etat.(5 169 euros pour une superficie de... 583 m²). Selon France Domaine, la vente de cette villa devrait rapporter 2,7 millions d'euros à la ville de Nice.Voir l'article de Libération ici.Voir l'article de Nice Matin ici.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles