Et revoilà l'idée des taxes sur internet

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les changements des partis politiques au pouvoir peuvent changer mais certaines idées restent tenaces ; il en ainsi des taxes sur les mouvements passés sur internet.
Quatre députés socialistes de la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale viennent d'avoir la riche idée de proposer, à l'occasion du projet de loi des finances 2013, des amendements visant à prélever le maximum d'argent le(s) secteur(s) de l'internet.

Rien n'est original en la matière : ces députés socialistes ne font que reprendre la proposition du député U.M.P Marini qui visait à créer "une proposition de loi prévoyant un dispositif de déclaration fiscale applicable aux acteurs étrangers pour une série de taxations destinées à rétablir la neutralité et l'équité fiscale".
La nouvelle proposition n'est guère éloignée de ce député : Il s'agirait de prélever une taxe de 0,5% sur les régies publicitaires dont les recettes en ligne sont comprises entre 20 et 250 millions d'euros par an. Au-delà, le tarif passerait à 1%.
Cette taxe s'appliquerait aux "services de publicité en ligne fournis au moyen de moteurs de recherches, d'affichage de messages promotionnels, d'affiliation de liens, d'envois de courriels, de comparateurs de produits et de services en ligne sur téléphonie mobile".
Même sanction pour les acteurs du commerce en ligne qui seraient taxés à hauteur de 0,25% sur les transactions électroniques si celles-ci dépassent 460 000 euros par an.
Les fonds récoltés seraient affectés au Fonds d'aménagement numérique du territoire (FANT), dont l'objectif est de soutenir les déploiements de fibre optique en zones peu denses et qui manque cruellement de financement.
J'avais écrit précédemment un éditorial consacré aux critiques acérées du Web émanant de diverses personnalités dont des politiques ; apparemment nos édiles aiment cet outil dès lors qu'il s'agit de le ponctionner afin de remplir les caisses de l'état.
Tout comme l'automobile, le tabac...le secteur du Web apparait comme une véritable vache à lait pour nos politiques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles