Exonération de TF suite aux calamités agricoles : modalités.

La Rédaction

Sujets relatifs :

Afin d'aider les exploitants agricoles touchés par la sécheresse de l'année 2011, plusieurs mesures de soutien ont été décidées dont un dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties pour les agriculteurs situés dans les zones sinistrées. Une procédure de dégrèvement d'office a été mise en oeuvre afin qu'aucun exploitant n'ait à faire l'avance d'une partie de l'impôt dont il n'était pas redevable. Les contribuables éligibles ont reçu un avis de dégrèvement. Pour ceux qui avaient acquitté leur taxe avant que le dégrèvement ne soit prononcé, celui-ci a pris la forme d'une lettre chèque de remboursement partiel.

En outre, les redevables estimant que le niveau des pertes subies a été supérieur au taux de perte retenu dans le cadre du dégrèvement d'office ont eu la possibilité de déposer une réclamation auprès des services fiscaux.

En cas de bail rural, conformément à l'article L 411-24 du code rural et de la pêche maritime, les propriétaires doivent répercuter à leurs fermiers le montant du dégrèvement. Cette obligation est mentionnée sur l'avis de dégrèvement qui leur est adressé. De plus, les mairies peuvent afficher la liste des parcelles faisant l'objet d'un dégrèvement et le montant de ce dernier pour assurer l'information des preneurs. Question N° : 128279

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles