Facebook : l'employeur critiqué devra payer

La Rédaction

Sujets relatifs :

La cour d'appel de Douai a jugé mi-décembre abusif le licenciement d'un salarié qui avait tenu sur sa page privée du réseau social Facebook des propos diffamatoires ou injurieux à l'encontre de son employeur. Sur le "mur" de sa page Facebook privée - l'animateur ayant par ailleurs une page publique à destinations de ses fans - il avait qualifié sa direction de "belles balletringues anti-professionnelles" après avoir appris qu'un autre salarié n'était pas reconduit. Le 16 décembre dernier, la cour d'appel a estimé dans son arrêt que "des propos diffamatoires ou injurieux tenus par un salarié à l'encontre de l'employeur ne constituant pas un événement irrésistible ou insurmontable faisant obstacle à la poursuite du contrat, cette rupture ne procède pas non plus d'un cas de force majeure". La cour a condamné l'employeur à verser 17 160 euros de dommages et intérêts.

A lire sur ce thème notre article "Facebook : passoire ou monde clos ?"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Interview

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Le collectif « Nos services publics » a mené une grande enquête, du 30 avril au 31 août 2021, pour sonder l’état d’esprit des agents publics. Le résultat est effarant : 80 % d’entre eux expriment un sentiment...

02/12/2021 |
Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Plus d'articles