Facebook : l'employeur critiqué devra payer

La Rédaction

Sujets relatifs :

La cour d'appel de Douai a jugé mi-décembre abusif le licenciement d'un salarié qui avait tenu sur sa page privée du réseau social Facebook des propos diffamatoires ou injurieux à l'encontre de son employeur. Sur le "mur" de sa page Facebook privée - l'animateur ayant par ailleurs une page publique à destinations de ses fans - il avait qualifié sa direction de "belles balletringues anti-professionnelles" après avoir appris qu'un autre salarié n'était pas reconduit. Le 16 décembre dernier, la cour d'appel a estimé dans son arrêt que "des propos diffamatoires ou injurieux tenus par un salarié à l'encontre de l'employeur ne constituant pas un événement irrésistible ou insurmontable faisant obstacle à la poursuite du contrat, cette rupture ne procède pas non plus d'un cas de force majeure". La cour a condamné l'employeur à verser 17 160 euros de dommages et intérêts.

A lire sur ce thème notre article "Facebook : passoire ou monde clos ?"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles