abonné

Gilles Charpenel : « Le niveau d’engagement résulte de la possibilité ou non de prendre plaisir à travailler »

Bruno Cohen-Bacrie

Sujets relatifs :

, ,
Gilles Charpenel :  « Le niveau d’engagement résulte de la possibilité ou non de prendre plaisir à travailler »

524-gilles-charpenel

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Ce n’est pas parce que vous travaillez dans des conditions confortables que vous y prenez du plaisir. Or, si l’on veut s’attaquer à la performance des organisations, c’est bien cette condition qu’il faut remplir. C’est ce que nous explique Gilles Charpenel.

Pourquoi le management doit-il se préoccuper du plaisir qu’éprouvent, ou non, les salariés à faire leur travail ?

On peut dire sans trop risquer de se tromper que quelqu’un qui prend du plaisir à faire son travail s’y intéressera, produira plus et mieux, pourra être force de proposition, tout cela davantage que si son activité lui déplaît.

Cette évidence est mal prise en compte par le management. Pourtant, il s’agit probablement de la meilleure voie pour accroître la performance à court et[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Mesurer les défis du management public

Interview

Mesurer les défis du management public

Annie Bartoli et Cécile Blatrix reviennent longuement, dans un récent ouvrage, sur les enjeux qui traversent le management des organisations publiques. Un  ouvrage de référence  qui analyse les démarches de management conçues et...

18/11/2022 |
Anne Filliol : "L’agilité, la capacité d'être force de proposition, c’est exactement ce que permet la transversalité"

Interview

Anne Filliol : "L’agilité, la capacité d'être force de proposition, c’est exactement ce que permet la transversalité"

Travailler en transversalité oui, mais pour faire quoi ?

Travailler en transversalité oui, mais pour faire quoi ?

Transversalité : le vécu de ceux qui s’y frottent

Transversalité : le vécu de ceux qui s’y frottent

Plus d'articles