Grenoble : une pub en "bulles" qui dérange

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le 17 octobre dernier, la Banque Populaire des Alpes avait lancé une campagne publicitaire originale, affichant son message sur le téléphérique emblématique de Grenoble (surnommé les "bulles"). Mais suite à des protestations d'élus et d'associations écologistes, l'annonceur a décidé d'écourter cette campagne.
Entamée le 17 octobre, la campagne, déclinant les lettres "OSEZ" et le logo de la banque, était censée durer jusqu'au 21 novembre. Elle avait immédiatement suscité l'ire des élus d'Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) de Grenoble. « En pleine crise financière, la Ville de Grenoble offre la plus belle des vitrines à un groupe bancaire! », avaient-ils dénoncé dans un communiqué.
De son côté, l'association Paysages de France était intervenue auprès de la banque pour lui demander d'interrompre une campagne « illégale » car située sur un « site entièrement classé, depuis 2005, en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) ».
La banque et la ville de Grenoble ont réfuté toute entorse à la réglementation en vigueur, mais l'annonceur a tout de même renoncé à poursuivre sa campagne : « Dans un souci d'apaisement, nous avons décidé de terminer notre campagne le 14 novembre afin de contenter tout le monde », a ainsi indiqué un porte-parole de la banque à l'AFP.
Source : La Quotidienne

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles