Harcèlement coupable

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le TA de Montpellier a condamné la commune de Brousses-et-Villaret à verser 10 000 euros à un agent victime de harcèlement moral de la part du maire, Pierre Inard (qui a démissionné en octobre 2008, après 31 ans passé à la tête de la commune). L'élu qui reprochait à l'agent d'avoir soutenu une opposante aux municipales de 2001, avait entrepris de « l'écoeurer » pour le pousser à la démission. Brimades, tâches « ingrates », suppression de prime... et même affichage sur un panneau municipal d'un avis médical - confidentiel - concernant l'agent de retour, en mi-temps thérapeutique, après un épisode dépressif ! La commune devrait engager une action visant à faire établir la « faute intentionnelle » du maire et obtenir que l'indemnisation de l'employé harcelé soit mise à sa charge.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Funérailles laïques, RIFSEEP, accueil des migrants, management combatif, niveau de la mer, loi Egalim… Retrouvez tous les articles parus dans notre numéro de mars de La Lettre du cadre...

14/10/2021 |
Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

La chasse aux mégots a commencé

La chasse aux mégots a commencé

La gentille préfète et le grand autoroutier

La gentille préfète et le grand autoroutier

Plus d'articles