Harcèlement coupable

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le TA de Montpellier a condamné la commune de Brousses-et-Villaret à verser 10 000 euros à un agent victime de harcèlement moral de la part du maire, Pierre Inard (qui a démissionné en octobre 2008, après 31 ans passé à la tête de la commune). L'élu qui reprochait à l'agent d'avoir soutenu une opposante aux municipales de 2001, avait entrepris de « l'écoeurer » pour le pousser à la démission. Brimades, tâches « ingrates », suppression de prime... et même affichage sur un panneau municipal d'un avis médical - confidentiel - concernant l'agent de retour, en mi-temps thérapeutique, après un épisode dépressif ! La commune devrait engager une action visant à faire établir la « faute intentionnelle » du maire et obtenir que l'indemnisation de l'employé harcelé soit mise à sa charge.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

La dernière Lettre du Cadre vient d'arriver. Au sommaire : ces déchets que nous ne préférons réduire plutôt que réduire, un énième épisode du management en temps de crise, le renouveau des instances médicales dans les...

24/06/2022 |
Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Plus d'articles