Intercommunalités : pourquoi elles doivent se réapproprier leur communication

Bernard Deljarrie
Intercommunalités : pourquoi elles doivent se réapproprier leur communication

communication and promotion in social media

© Cifotart

L’association Cap'Com vient de publier les résultats de son baromètre de la communication intercommunale. Dans quatre cinquièmes des services publics délégués par les intercommunalités, c’est le délégataire qui gère la communication.

La présentation et la valorisation de l’offre de services aux usagers apparaissent comme la grande priorité de la communication des communautés. Selon le Baromètre de la communication intercommunale, enquête auprès des responsables communication des intercommunalités, 71 % d’entre eux s’accordent pour mettre cette communication utilitaire au premier plan. Car elle est la meilleure manière selon eux de faire reconnaître le territoire intercommunal, d’installer l’intercommunalité et son projet et de contribuer à créer une relation entre les élus et les usagers.

Mais le Baromètre de la communication intercommunale révèle que seules 55% personnes interrogées estiment que la communication sur les services et les équipements utilisés par les habitants est clairement attribuée à l’intercommunalité. Pour 90% des communautés d'agglomération le déficit d’attribution s’explique par une perte de maîtrise de la communication lorsque les services sont délégués. En effet, précise le Baromètre, c’est le délégataire qui gère la communication sur le service dans 86% des communautés de communes et 68% des communautés d'agglomération.

À peine la moitié des personnes interrogées estiment que la communication sur les services et les équipements utilisés par les habitants est clairement attribuée à l’intercommunalité

« La communication sur les services publics locaux est un sujet très sensible car il faut que les habitants puissent comprendre et identifier que les délégataires entrent dans la stratégie de développement et d'aménagement de la métropole” explique Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie. “Nous devons travailler en cohérence la communication publique et la communication commerciale des délégataires”, confirme Charles-Eric Lemaignen, président de la Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire et président de l’AdCF.

Quand il y a délégation, doit-il y avoir aussi délégation de la communication, se sont interrogés l’AdCF et le réseau Cap’Com des communicants territoriaux lors de la journée de présentation du Baromètre, vendredi 10 avril à Rennes.

Télécharger l’ensemble des résultats du Baromètre de la communication intercommunale

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles