abonné

Investissements : la dette locale ne flambe pas

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

,
Investissements : la dette locale ne flambe pas

tirelire-sourire

© Anne Katrin Figge-fotolia

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Contrairement à ce que l'on pourrait penser dans un contexte de contraction budgétaire, les collectivités territoriales n'ont que peu recours à l'endettement pour financer leurs investissements.Finalement, malgré le resserrement de leurs marges de manœuvre, les collectivités territoriales ont financé leurs investissements à 88 % par des ressources propres. 68 % des investissements ont été financés par de l’épargne brute,  les 20 % restants l’ont été par les participations et subventions.Ces dernières, 10,9 milliards d’euros, ont augmenté de 1,7 % en 2014, essentiellement grâce à la croissance de 2,5 % du FCTVA, puisque les autres dotations (DRES, DDEC, etc.) sont gelées depuis plusieurs années.
A 4,3 milliards d’euros, la dette[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Écologie : quel impact sur l'immobilier ?

Publi-rédactionnel

Écologie : quel impact sur l'immobilier ?

D'ici à 2028, l'État français entend en terminer avec les passoires thermiques. Dès 2023, celles-ci ne seront plus considérées comme un logement décent. L'écologie prend ainsi de plus en plus d'ampleur dans le secteur de...

20/05/2022 |
Causes et conséquences budgétaires de la verticalité

Causes et conséquences budgétaires de la verticalité

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

L’arène n’a plus la cote

L’arène n’a plus la cote

Plus d'articles