"L'abruti de fonctionnaire" renvoyé devant un tribunal pour diffamation

AFP

Sujets relatifs :

bouche-scotch

© Stefan Redel - fotolia

Un salarié de la mairie de Pontault-Combault (Seine-et-Marne), auteur d'un pamphlet sur la fonction publique, "Abruti de fonctionnaire", a été renvoyé pour diffamation devant un tribunal correctionnel, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

"C'est un coup de massue", a réagi auprès de l'AFP ce fonctionnaire, Jérôme Morin, qui pensait en avoir fini avec une procédure qui dure depuis 2011, lorsque la mairie a porté plainte.

En septembre 2014, un non-lieu avait été rendu, pour une question de procédure et de prescription, mais il a été annulé début mars par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, et M. Morin renvoyé devant le tribunal correctionnel de Melun.

Ce cadre de 40 ans avait publié en octobre 2011 sous le pseudonyme d'Henri Rouant-Pleuret un livre intitulé "Abruti de fonctionnaire", dans lequel il avait masqué le nom de cette municipalité de Seine-et-Marne, Pontault-Combault, où se déroulaient les faits.

La commune s'était cependant reconnue et sa maire avait déposé plainte contre X pour diffamation estimant que le livre comprenait "une attaque ouverte contre la ville et sa politique, une description médisante des élus car (l'auteur) est injurieux envers ses supérieurs et ses collègues", selon la maire PS, Monique Delessard.

Dans son livre, cet ancien chef de service voulait dénoncer "sur un ton humoristique (...) plusieurs années de harcèlement moral qui se sont finies par une mise au placard" et dire comment fonctionnent "réellement" les administrations.

Ce père de famille, qui revendique plus de 5.000 exemplaires vendus, est toujours sous le coup d'une mise à pied.

Le livre a depuis été réédité sous le titre "On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort", que l'auteur assure avoir "entièrement sécurisé (...) pour qu'il ne soit pas attaquable en justice".

Ce père de famille, qui revendique plus de 5.000 exemplaires vendus, est toujours sous le coup d'une mise à pied décidée par la mairie qui l'emploie, et explique souffrir énormément de la procédure lancée contre lui.

Dans une autre affaire, une employée au conseil régional d'Aquitaine, Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard, s'était vu infliger en août 2010 dix mois d'exclusion, dont six avec sursis, pour le même motif après la publication en 2010 de son ouvrage "Absolument dé-bor-dée!", un pamphlet sur la fonction publique qui s'était vendu à 400.000 exemplaires.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles