L'art du grand écart en politique

La Rédaction

Sujets relatifs :

4 mois après son arrivée au ministère des sports et alors qu'il était présent surtout sur le terrain, David Douillet a eu l'occasion en une semaine d'afficher un certain nombre de contradictions au grand jour.

D'abord à l'assemblée nationale en faisant voter la loi sur l'éthique dans le sport mais surtout en refusant les amendements de son collègue JF Lamour ancien ministre des sports qui voulait limiter « les aides en investissement et en fonctionnement versées aux sociétés sportives par les collectivités territoriales » ... tout en indiquant que cet amendement était intéressant mais compte tenu de l'urgence ces amendements ne pouvaient pas être débattus.

Quelques jours après, lors de ses voeux le ministre mettait le feu aux poudres en indiquant « Logiquement, l'Etat n'aurait pas dû avoir besoin de contribuer à la construction ou à la rénovation des stades. Dans l'avenir, il serait bon qu'il réserve une part de ses ressources à cela. L'Etat et les collectivités locales ne peuvent pas tout »
Et de poursuivre « les sommes perçues ont atteint jusqu'à 600 millions d'euros par an. Une partie aurait dû être réinvestie dans la rénovation ou la construction «.

Pour autant avec sa collègue Nathalie Kosciusko-Morizet, David Douillet avait reçu le Président de l'Olympique lyonnais pour confirmer les engagements de l'Etat sur le financement de la desserte routière du futur stade de l'OL, financement qui s'ajoute aux 158 millions d'euros versés par le CNDS.

Entre une loi d'éthique qui n'aborde pas le financement du sport professionnel, le carton rouge au foot professionnel, les regrets sur le financement des stades tout en accordant d'autres financements au stade de l'OL ! On a le sentiment que le ministre découvre la situation.

On pensait que le ministre s'était préparé de longue date à cette fonction. Son rapport au président de la république sur « l'attractivité de la France pour l'organisation de grands évènements sportifs » faisait d'ailleurs état d'un certain nombre de propositions.
Visiblement la tache est plus compliquée que prévue dans un calendrier très serré. A moins qu'il ne s'agisse que de communication dans une campagne électorale déjà lancée.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles