L'essor du livre électronique en France ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Selon le deuxième baromètre des usages du livre numérique publié par le Syndicat national de l'édition (SNE), la Société des gens de lettres (SGDL) et la société civile de l'édition Sofia, 14 % des Français ont déjà lu, totalement ou partiellement, un livre sous format numérique, indiquent Les Echos.
Cette proportion a quasiment triplé en six mois, grâce notamment au succès des tablettes tactiles.
Est-ce à dire qu'il s'agit d'un réel essor, d'un véritable boom ? rien n'est bien sûr car le livre électronique représente encore une part infime du marché de l'édition.

Ce « décollage » semble étroitement lié à celui sans précédent des supports dédiés tels que les liseuses et surtout les tablettes tactiles : tel est l'avis de la déléguée générale du S.N.E qui affirme que "Les instruments de lecture constituent le moteur de cette demande"
Selon elle, les « nouveaux » utilisateurs de la lecture électronique sont avant tout de grands lecteurs traditionnels et ce nouvel outil n'attire pas, en fait, de nouveaux utilisateurs : "C'est plus une pratique de substitution que d'addition" dixit le directeur général de la SGDL.
Quelles peuvent être les raisons au frein du développement du livre électronique ? une raison culturelle d'abord : le livre papier reste un symbole en France, un symbole de liberté, d'ouverture de l'esprit, d'émancipation à toute forme de joug : les français aiment l'écriture et l'odeur du livre, du papier parfois soyeux : une sorte de mariage, de communion éternelle.
Par ailleurs, le livre électronique souffre de ses propres défauts parfois inévitables : le piratage d'ebooks est en hausse : En mars 2012, il concernait entre 11 000 et 14 000 titres dont 8 000 à 10 000 uniquement dans l'univers de la bande-dessinée (Sources l'Observatoire du Livre et de l'écrit en Ile-de-France).
Les DRM, ces verrous de protection imposés par certains éditeurs, limitent l'interopérabilité des livres achetés entre différents supports. Comme à la grande époque de la musique en ligne.
Enfin, les politiques tarifaires des éditeurs frisent parfois l'abus. Il n'est ainsi pas rare de payer plus cher un livre électronique que sa version papier ce qui n'incite pas à son développement.
En ce qui me concerne, mon coeur oscille alors je jongle entre les deux supports sachant que l'odeur, le feuilletage et la conservation de pages papier l'emportent.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Interview

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Le collectif « Nos services publics » a mené une grande enquête, du 30 avril au 31 août 2021, pour sonder l’état d’esprit des agents publics. Le résultat est effarant : 80 % d’entre eux expriment un sentiment...

02/12/2021 |
Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Plus d'articles