L'obésité infantile grave manque de relais

La Rédaction

Sujets relatifs :

L'obésité infantile grave est en passe de devenir une forte préoccupation de santé publique. Dans un article publié par le Figaro le 22 mars 2012, plusieurs spécialistes en appellent à la création de relais et de lieux spécialisés pour accueillir les enfants présentant un vrai problème de poids.

Les spécialistes de l'obésité infantile mettent en avant la nécessité de mettre en place des relais et des lieux spécialisés pour accueillir les enfants handicapés par un vrai problème de poids.
«La majorité des enfants ayant des obésités urgentes vivent dans un cadre où la famille n'est pas un appui. La prise en charge doit donc être sociale avant que la médecine puisse intervenir», assure le Dr Béatrice Jouret, pédiatre endocrinologue au CHU de Toulouse et coordinatrice des Réseaux pour la prise en charge et la prévention de l'obésité en pédiatrie (Reppop) Midi-Pyrénées. Ses relais aideraient par exemple les familles à faire leurs courses. Les obésités graves concernent 1 % des enfants obèses. Les médecins de ville sont désemparés, ne sachant pas orienter ces enfants vers le bon interlocuteur. «Il est indispensable que chaque ville moyenne puisse disposer d'une consultation hospitalière avec une équipe formée à la prise en charge de l'obésité», souligne le Pr Pierre Bougnères, responsable du service d'endocrinologie diabétologie pédiatrique à l'hôpital Bicêtre, au Kremlin-Bicêtre.
Source : le figaro.fr

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles