L'orientation de la politique du Ministère de la culture

La Rédaction

Sujets relatifs :

Au travers des déclarations d'Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication nommée voici  quatre mois, commence à se dessiner une politique :

- une politique pour l'éducation artistique et culturelle (10 millions supplémentaires), après concertation, pour la formation à l'histoire des arts mais la pratique artistique et les rencontres avec les artistes, en relation avec les collectivités territoriales ;

- un projet de loi sur le patrimoine pour 2013, après concertation interministérielle (édifices protégés, archéologie, archives, musées) ;

- La préservation de l'enveloppe du spectacle vivant et des arts plastiques en 2013, ainsi que du fonds de soutien pour le cinéma français, sans oublier le taux de la TVA sur le livre ramené à 5,5 %  et le maintien de l'avantage fiscal de 60% sur le mécénat des entreprises et des particuliers ;

- la définition d'une  vraie politique économique pour soutenir la filière musicale avec des financements qui soient sûrs, sans pour autant créer l'équipement public initialement prévu (CNM) ;

- Une pause dans les grands équipements, voire l'arrêt de projets décidés par l'ancienne majorité mais non budgétés dans un contexte de grave crise économique :  si la Philharmonie, le Mucem de Marseille, les Archives nationales à Pierrefitte ou le Musée Picasso seront achevés, en revanche le Ministère abandonne la Maison de l'Histoire de France (annonce du 24 août), le Centre d'art pariétal Lascaux 4 en Dordogne, la partie « centre de recherches et d'expositions » du centre des réserves de Cergy, ainsi que le projet de construction d'une petite salle pour la Comédie-Française sur le site de l'Opéra-Bastille. La tour Utrillo, à Clichy-Montfermeil sera redimensionnée, la seconde phase de l'Ecole de photographie sera réexaminée. Plutôt que de créer un grand établissement public pour la musique (le CNM), on se contenterait de transformer l'actuel Centre national des variétés (CNV)
On évoque aussi  une baisse transitoire en 2013 des crédits pour les monuments historiques (-15%) touchant notamment les grands projets (travaux Château de Versailles), ainsi qu'une baisse de la dotation aux grands musées (-5%) et à Monumenta, enfin une réduction des crédits alloués à Hadopi.

- en matière de télévision, pas de retour de la publicité sur les chaines publics, la priorité consiste à repenser la mission du service public de la télévision


On le voit, Aurélie Filippetti  dispose de marges de manoeuvre très étroites, d'autant que l'on constate que Bercy ne fait pas de cadeau dans les arbitrages concernant le ministère de la culture, avec par exemple une baisse obligée des effectifs d'une centaine de personnes en 2013. Pour Christophe Alix dans Libération, « crise oblige, elle revendique un changement d'approche, avec une politique culturelle recentrée sur le fond ». On ne peut que s'en féliciter, bien qu'il soit aussi important, comme elle tente de le faire, de se battre pour conserver l'armature suffisante pour mettre en oeuvre les réformes annoncées.


François Deschamps

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles