La bascule

La Rédaction

Sujets relatifs :

La campagne présidentielle se tend, c'est le moins que l'on puisse dire. Chacun semble d'ailleurs savoir qu'est arrivé le moment où tout peut basculer.

Dans chaque campagne électorale, il y a toujours un moment où tout bascule. Les analystes de tous poils vous diront à chaque instant que ce moment est arrivé. Mais il semble bien que concernant cette présidentielle version 2012, nous y soyons désormais.

Ceux des candidats qui ont eu à partir tôt sont partis tôt. Ceux qui ont eu à partir tard ont désormais rejoint la danse. Les adeptes de la course de fond et les adeptes du sprint sont désormais tous lancés. Chacun a affiné sa stratégie et l'on y voit désormais plus clair.

A gauche, Jean-Luc Mélenchon grimpe et grimpe encore. Il a choisi depuis longtemps sa ligne à gauche, qui trouve un écho retentissant tant cette campagne manque d'un tribun et qu'il semble qu'elle s'en soit trouvée un en sa personne. François Hollande reste sur son cap, gage de stabilité pour lui, et ne semble toujours pas vouloir réagir à ses adversaires, se contentant d'imposer un tempo.

A droite, Nicolas Sarkozy assume désormais le cap à droite qu'il a fixé. Il tape, cogne, redevient cet animal de campagne que ses adversaires redoutaient. Encore plus à droite, Marine Le Pen a trouvé dans les éléments de Toulouse sa bouée pour reprendre des accents populistes, à grands renforts de peurs et de mélanges en tous genres.

Au centre, enfin, François Bayrou n'en peut plus de se dépêtrer de son image de candidat sympathique, mais pour qui l'on ne va pas voter. Il tente de garder la ligne qu'il s'est fixée, celle du candidat pragmatique.

C'est donc ici le moment de la bascule. Les courbes des sondages montent ou baissent, mais chacune indique une tendance. Les jours à venir seront déterminants. Les candidats ont tous pris leur élan et ils sauront dans quelques jours si leur cap était le bon. Tous font penser à un paquebot, lancé à pleine vitesse, et dont la marge de manoeuvre pour changer de cap est désormais réduite, et se réduit encore de jour en jour. Sauf coup de théâtre, les jeux sont déjà faits pour le premier tour, mais nul ne peut encore en prédire le résultat.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

La dernière Lettre du Cadre vient d'arriver. Au sommaire : ces déchets que nous ne préférons réduire plutôt que réduire, un énième épisode du management en temps de crise, le renouveau des instances médicales dans les...

24/06/2022 |
Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Plus d'articles