La chaussée urbaine démontable (C.U.D.)

La Rédaction

Sujets relatifs :

Chacun sait que les chaussées urbaines doivent remplir de nombreuses fonctions et recouvrir
différents réseaux : eau, gaz, électricité, égouts, télécommunications... Des réseaux dont le positionnement, bien que réglementé, est souvent mal connu des concessionnaires concernés en raison de l'inexactitude, voire de l'inexistence, de plans de recollement antérieurs.
De plus, du fait de la difficulté à coordonner les travaux des différents opérateurs, ces chaussées font l'objet d'interventions fréquentes et souvent d'ouvertures de tranchées aléatoires, parfois juste après leur construction ou leur entretien. Ce qui crée une certaine incompréhension chez les riverains et les usagers.
Ce qui entraine des coûts importants poules maîtres d'ouvrage, un uni irrégulier et un aspect type patchwork" du revêtement de surface et, pour terminer, un gaspillage de matériaux nobles, difficilement compatible avec la démarche de développement durable, affichée par un nombre croissant de collectivités publiques.
L'idée initiale lancée par le LCPC était de concevoir une chaussée qui puisse être ouverte et refermée en quelques heures seulement, avec un équipement de chantier léger. Tout en restaurant l'aspect initial et l'ensemble des fonctions de la chaussée
La chaussée urbaine démontable facilite les différentes interventions sur les réseaux existants comme, par exemple, les modernisations, la maintenance, les modifications ou les réparations. En même temps, on préserve la longévité de la voirie, ainsi que l'aspect visuel ou technique des surfaces de roulement (uni, dévers...).

Grâce à sa souplesse d'intervention, la C.U.D. facilite la programmation des travaux, car la réfection d'une voirie n'est alors plus conditionnée par le planning simultané de travaux de revêtement réalisés par chaque concessionnaire.
Grâce à sa souplesse d'intervention, la C.U.D. facilite la programmation des travaux, car la réfection d'une voirie n'est alors plus conditionnée par le planning simultané de travaux de revêtement réalisés par chaque concessionnaire.
Tout se déroule, en effet, sur une seule journée avec l'ouverture de la voirie en 30 minutes et sa fermeture en quatre heures seulement.

Cette nouvelle technique permet de répondre parfaitement aux besoins de quatre types de marchés :
- les rues de centre-ville : car elles se caractérisent par un faible trafic poids lourds, une vitesse modérée des véhicules, une géométrie irrégulière, une forte densité de population riveraine et l'existence d'un tissu urbain bâti assez dense ;
- les boulevards et autoroutes urbaines : parce que le tracé de ces voies est plus rectiligne et le
trafic plus agressif (poids lourds plus nombreux et vitesses plus élevées) ;
- les lotissements neufs : de nouvelles rues, au trafic faible et peu agressif, seront construites en
laissant une plus grande liberté aux concepteurs, qui pourront ainsi choisir leur technologie préférée ;
- les chaussées de tramway : les interruptions de trafic devant être limitées le plus possible, ce type de chaussée présentera un très grand intérêt. De plus, les réseaux existants resteront en place
alors qu'actuellement, pour la construction d'une ligne de tramway, on est obligé de déplacer tous les réseaux sous l'emprise

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Les sénateurs Hervé Maurey et Stéphane Sautarel ont récemment présenté les conclusions de leur rapport : « Comment remettre la SNCF sur rail ? Modèle économique de la SNCF et du système ferroviaire : il est grand temps...

02/05/2022 |
Éditorial : Nouveau monde, vieilles idées

Éditorial : Nouveau monde, vieilles idées

À lire: faut-il quitter les réseaux sociaux ?

À lire: faut-il quitter les réseaux sociaux ?

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'avril 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'avril 2022

Plus d'articles