La cotisation du CNFPT va-t-elle baisser ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le CNFPT risque-t-il des coupes budgétaires ? Jean Arthuis a fait adopter par la commission des finances du Sénat, avec l'accord du gouvernement, un amendement fixant momentanément (pour 2012 et 2013) la cotisation au CNFPT à 0,9% au lieu de 1% aujourd'hui. Motif ? Le Sénateur s'appuie sur le dernier rapport de la Cour des Comptes et souligne l'augmentation « très sensible » des cotisations obligatoires des collectivités entre 2004 et 2009. Aussitôt, plusieurs sénateurs socialistes sont montés au créneau pour dénoncer une amputation de 32 millions d'euros par an du budget du CNFPT, soit, ont-ils calculé, l'équivalent de 40 000 journées de formation. « Contrairement aux arguments avancés par les défenseurs de cet amendement, disent les socialistes, le CNFPT ne disposera d'aucun excédent budgétaire en 2011 et atteindra l'équilibre entre ses dépenses et ses recettes de fonctionnement en raison de la très forte croissance de ses activités de formation en 2009 et 2010 ». Suite lors du débat en séance.

Lire sur ce thème, l'interview de françois Deluga "La Cour des Comptes se trompe sur l'avenir"

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles