La crise n'est pas un fantasme.

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les PME continuent de payer un lourd tribut dans le silence des médias. En 2011, 409 sociétés de plus de 50 salariés ont déposé le bilan, c'est 10 % de plus qu'en 2010. La dégradation est d'autant plus critique qu'elle s'accélère sur le dernier trimestre (+ 35 % et 116 sociétés). C'est ce qui ressort du bilan 2011 des défaillances et sauvegardes d'entreprises en France publié par Altarés.

Parmi les sociétés de plus de 50 salariés, celles employant au moins 100 salariés sont les plus exposées. Le nombre de leurs défaillances augmente de 14 % sur 2011. Ces sociétés représentent 40 000 emplois en 2011.

Les sociétés les plus importantes, celles qui dégagent plus de 15 M¤ de chiffre d'affaires (157 sociétés soit + 26 %) sont pour un tiers d'entre elles des manufacturiers et pour un quart des grossistes notamment alimentaires. Ces sociétés sont matures (près de 60 % ont été créées il y a plus de 15 ans) mais en dépit de leur expérience, elles ont été contraintes de déposer le bilan par manque de trésorerie.

Parallèlement, 77 % des patrons de PME/ETI se déclarent aujourd'hui optimistes quant à leur propre activité, selon le 15e Observatoire de la Banque Palatine des PME/ETI. Toutefois, ils sont aussi nombreux (75%) à être frileux en matière de recrutement et 11% envisagent des réductions d'effectifs.

Ces chiffres sont sortis en mars dernier. Ils n'ont eu que peu d'échos dans les médias, entièrement focalisés sur la présidentielle. Ils éclairent pourtant d'une lumière crue la réalité de la crise que nous traversons.

C'est à ces réalités que sera confronté le gagnant. A quoi sert de promouvoir le « Produisons français » si rien n'est fait pour préserver les troupes qui seraient en mesure de l'assurer. Chaque fois qu'une de ces PME arrête son activité, ce sont des savoir-faire qui disparaissent, des réseaux, des partenariats et les chiffres bruts d'Altarés ne rendent pas compte de l'intégralité des dégâts. C'est bien plus que des emplois qui disparaissent.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles