La fin du tout bagnole ?

Marjolaine Koch
La fin du tout bagnole ?

AdobeStock_316216898

© AdobeStock

Avec la crise sanitaire et les changements d’habitudes, les élus locaux commencent à intégrer que l’on peut se passer de la voiture. Et surtout, que l’on doit apprendre à s’en passer. En ville, une somme de défis restent à relever.

La crise sanitaire a accéléré un mouvement qui s’amorçait doucement. La voiture vit ses dernières heures de gloire, elle ne sera plus centrale dans les politiques d’aménagement des collectivités. Ou plutôt si, elle continuera à l’être, mais pour trouver le moyen d’en réduire son emprise. Emprise au sol, emprise dans le quotidien des habitants… désormais, le rôle des pouvoirs publics va être de les aider à s’en passer, en leur offrant des alternatives attractives.

Il reste à travailler, justement, sur l’acceptabilité de ces alternatives à la voiture

Cette évolution de nos sociétés, pour préserver la planète et notre santé (chaque année, la pollution provoque la mort de 40 000 personnes en France), ne signifie pas pour autant qu’il faut éradiquer la voiture. Simplement, parvenir à faire prendre conscience que plus de la moitié des émissions de CO2 sont imputables aux véhicules individuels et qu’il est indispensable d’en rééquilibrer leur usage. Nous devons parvenir à conserver la voiture uniquement dans les situations où aucune alternative ne semble acceptable. Et il reste à travailler, justement, sur l’acceptabilité de ces alternatives.

Capture d’écran 2021-06-16 à 11.42.02

 Source : « The climate change mitigation effects of daily active travel in cities », étude publiée en avril 2021.

Il est temps de ringardiser l’image de la voiture et de rendre politiquement acceptable et surtout désirable de se déplacer autrement qu’en voiture.

Capture d’écran 2021-06-16 à 11.42.13

Offrir un nouvel imaginaire autour des mobilités

L’amélioration de cette acceptabilité passera, d’une part, par les aménagements et le développement d’une offre permettant aux usagers de tester d’autres modes, pour découvrir celui qui sera le plus adapté à son mode de vie. D’autre part, les pouvoirs publics ont le devoir de réfléchir à la question de l’imaginaire autour de la voiture. Si la convention citoyenne a mis l’accent sur la nécessité de repenser la publicité auto, ce n’est pas un hasard : ces messages font de la voiture un symbole de liberté et de réussite, quand en réalité la voiture vous englue dans les embouteillages et n’est pas le plus agile des modes de déplacement – en ville, tout du moins.

Capture d’écran 2021-06-16 à 11.42.23

Quels imaginaires alternatifs sont proposés ? Il est temps de ringardiser l’image de la voiture et de rendre politiquement acceptable et surtout désirable de se déplacer autrement. À vous, collectivités, de montrer à quel point les autres modes de déplacement – marche, vélo, bus et train – < peuvent être libérateurs de certaines contraintes, meilleurs pour notre santé et pour l’environnement.

 Lire la suite de notre dossier : En ville, le désamour de la voiture

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Tous les mois, la Lettre du Cadre publie des expériences menées par des collectivités. Urbanisme, transports, marchés publics, mobilités douces… En Corée ou en Colombie, au Canada ou en Suède, aux Pays-Bas… Toutes ces initiatives...

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Les dessins de la semaine

Les dessins de la semaine

Plus d'articles