La fonction publique territoriale est là, il faudra s’en souvenir

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

La fonction publique territoriale est là, il faudra s’en souvenir

social distancing concept with domino pieces, stopped chain reaction, prevention measures against the coronavirus pandemic

© dottedyeti_Adobestock

Dans la crise et dans la pandémie, les fonctionnaires territoriaux sont là, exerçant leur mission pendant cette période difficile et jouant un rôle essentiel auprès de ceux qui en ont le plus besoin. Raison de plus pour souligner dès maintenant l'impératif de préserver ce modèle essentiel de service public.

Il y a une vision saisissante dans cette crise. Des territoriales et des territoriaux au combat. Quand le confinement a été décrété, nous avons ressenti le besoin de donner la parole aux DGS et aux fonctionnaires territoriaux pour qu’elles et ils nous racontent leur quotidien, comment elles et ils travaillent, comment elles et ils tentent d’assurer les missions des collectivités dans la pandémie et malgré le confinement.

Un tableau convaincant

Il en ressort un tableau convaincant, dont vous pouvez avoir un aperçu en intégralité sur notre site internet, dans la série d’articles intitulée « Paroles de territoriaux à l’heure du confinement ».

Les personnels ont mis les bouchées doubles, montrant leur capacité d’adaptation et leur souci du service public

Convaincant parce que les directions générales ont massivement appliqué les consignes de confinement. Et elles ont été rapides à le faire. Alors qu’elles auraient pu arbitrer pour la continuité du service public aux dépens de la santé des agents, elles ont mis rapidement à l’abri une immense majorité des personnels territoriaux. Le confinement est massif, le souci de la protection individuelle a prévalu, le télétravail a été réalisé (parfois dans l’urgence et avec les moyens du bord)… Bref, on a respecté les agents et fait ce qu’il fallait.

Convaincant aussi parce que les personnels eux-mêmes ont mis les bouchées doubles, montrant leur capacité d’adaptation et leur souci du service public. Comme une immense majorité des habitants de ce pays, ils continuent à travailler de chez eux, avec toutes les difficultés quotidiennes liées au confinement.

Un investissement indéniable de chacun envers les plus démunis

Mais toutes et tous les DGS racontent peu ou prou la même histoire d’investissement sans sourciller dans la gestion de la crise, de mobilisation des moyens au service de ceux qui en ont le plus besoin (les sans-abri, les personnes âgées, les personnes isolées, les handicapés, ceux qui n’ont plus de quoi manger…).

Les fonctionnaires territoriales et territoriaux font honneur à leur statut, à leur vocation et à leur histoire

Dans les départements comme dans les communes, il faut s’occuper des plus fragilisés. Et dans les régions, c’est aussi le branle-bas de combat pour venir en aide à une activité économique massacrée par la mise à l’arrêt du pays. Dans cette période qui nous étonne tous les jours par la violence des conséquences que vivent les plus modestes, la fonction publique territoriale est là, au service des habitants, capable de réagir vite et bien.

Les fonctionnaires territoriales et territoriaux font honneur à leur statut, à leur vocation et à leur histoire. Ils assurent dans la tempête la continuité du service public. Avec dévouement et professionnalisme.

Le jour où il viendra encore à l’idée de certaines et certains, contre tous les enseignements qu’il faudra tirer de cette crise, de vouloir à nouveau rogner sur leurs droits sociaux et réduire la voilure du service public local, il faudra s’en souvenir.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

"La Lettre du cadre" lance une nouvelle rubrique, intitulée "L'oeil du DGS" : des billets d'humeur rédigés par les femmes et les hommes qui dirigent les administrations des collectivités, et qui vous proposent un regard décalé sur la...

28/10/2021 | Analyse débat
35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Plus d'articles