La médiocrité, mal de la presse

La Rédaction

Sujets relatifs :

C'est sans doute enfoncer une porte ouverte mais ça va mieux en le disant : la presse ne souffre pas tant d'Internet que de son incapacité à faire correctement son métier ! C'est ce que démontre le journaliste belge Charles Bricman, qui compare la vieille presse moribonde à des rats de laboratoire "se contentant de répéter une action profitable et nécessaire", en l'occurrence flatter les plus vils instincts du lecteur potentiel en lui proposant sans cesse les mêmes dossiers chocs à base de sexe, de crime et d'argent. Tout cela au détriment des vrais dossiers de fond, ceux dans lesquels il faut investir au préalable pour enquêter et dont on ne tire les bénéfices que s'ils sont bien traités. La conjoncture est mauvaise, et les réponses majoritairement proposées sont mauvaises : alors que la qualité pourrait permettre de s'en sortir, c'est la rentabilité à court terme qu'on privilégie... et la presse qu'on tue à petit feu.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

On sait ce qu’il faut faire pour engager la transition climatique. On sait moins comment payer l’effort colossal qui est devant nous. Un des enjeux majeurs, sera notre capacité à réformer en profondeur notre appareil fiscal. Ça...

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Plus d'articles