La petite enfance part en campagne

La Rédaction

Sujets relatifs :

Réunis dans le collectif "Pas de bébé à la consigne", les professionnels de la petite enfance souhaitent que les candidats à la présidentielle s'engagent sur l'accueil des enfants en bas âge. Ils pointent un manque de places criant et de professionnels formés. Le collectif a récemment rencontré des représentants du Parti socialiste, du Front de Gauche, d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et du MoDem. "Le collectif souhaite que les candidats précisent leurs positions", explique le Dr Suesser, président du Syndicat national des médecins de protection maternelle et infantile et porte-parole du collectif.

Parmi les revendications du collectif, qui réunit une cinquantaine de syndicats et associations, figurent la création de 500.000 nouvelles places, "un plan national d'urgence de formation des personnels", le rétablissement de postes d'enseignants supprimés en maternelle ou encore le retrait d'un décret de 2010 qui a assoupli la réglementation des crèches. Celles-ci accueillent environ 10% des 2,4 millions d'enfants de moins de trois ans. Il manquerait à ce jour 300 000 places dans les structures dédiées pour satisfaire la demande des parents. Le collectif rappelle qu'investir dans la petite enfance est le meilleur moyen de lutter contre les inégalités sociales et favoriser le travail des femmes.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles