La politique culturelle d'Aurélie Filippetti : un chemin escarpé

La Rédaction

Sujets relatifs :

L'actualité de la semaine a sans nul doute été marquée dans nos milieux par la tribune qu'a publié dans Libération Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, sous le titre : « Notre politique culturelle ». Certains y ont vu là « le » programme d'Aurélie Filippetti. Vu la brièveté de ce texte, il n'en est rien, seuls quelques enjeux actuels sont mis en avant.

On ne peut que partager avec elle le rôle de la culture comme « ferment de citoyenneté... dans un lien avec notre histoire » (le patrimoine aura une loi et n'oubliera pas le patrimoine industriel) et comme un moyen de s'approprier l'espace public » (oui, si l'on se donne les moyens de développer une vraie accessibilité), sans oublier son rôle économique.

Prenant en compte l'engouement pour le numérique, elle souhaite défendre les contenus (notamment par un nouveau plan de numérisation) alors que l'Union européenne se focalise sur les contenants. En lançant fin septembre la mission sur l'Acte II de l'exception culturelle, elle déclarait : il s'agit de "trouver des mécanismes de protection" de la diversité culturelle, en "évitant la concentration de la valeur aux mains des agrégateurs, de plates-formes Web, des producteurs de matériel et des opérateurs (ceux-ci devront d'ailleurs contribuer au financement de la création"). Mais en défendant comme son prédécesseur la protection du droit d'auteur (qui s'oppose à la diffusion gratuite des oeuvres), elle ravive un sujet hautement sensible sur lequel le PS a toujours peiné à avoir une position unanime.

On pourrait croire à travers ce texte que son horizon s'arrête aux industries culturelles, c'est pourquoi il ne faut pas oublier par ailleurs ses déclarations lors de plusieurs festivals, à Viva cité, à Circa et à Avignon (cf à 18 :27), notamment sur le projet de loi d'orientation sur la création qui englobera le spectacle vivant, avec un volet concernant une nouvelle étape de la décentralisation et notamment le rôle culturel des collectivités territoriales

Elle revendique la préservation des moyens consacrés à l'ensemble des territoires et, symétriquement, la suspension de toute une série de «grands projets, car « les accumuler n'a jamais fait une politique culturelle ». On peut interpréter ce geste comme contraint, dans le cadre d'arbitrages particulièrement difficiles avec  Bercy en ce qui concerne son budget 2013 (-4%), mais aussi comme des choix courageux, qui vont à l'encontre de ceux pris en leur temps par tous les autres ministres de la culture qui l'ont précédé (y compris socialistes comme Jack Lang).

Elle renouvelle son engagement pour un véritable plan d'éducation artistique et culturelle avec son collègue du Ministère de l'Education nationale dès la rentrée 2013, afin que le parcours annuel de chaque élève intègre le contact des oeuvres, des artistes, des établissements culturels ».

Enfin, elle pousse le service public de la télévision  à réfléchir de façon transversale à ses contenus autant qu'à son budget.

Il y a à mon sens dans cette déclaration de politique générale des intentions qui méritent l'attention. Reste bien sûr à ce qu'en raison de l'approfondissement de la crise, le ministère de la culture, beaucoup moins bien doté que celui de l'Education nationale, ait les moyens de pouvoir mettre en oeuvre ses orientations.

Comme un adjoint à la culture au sein de son conseil municipal, la ministre de la culture doit parfois se sentir un peu esseulée au sein du gouvernement...

François Deschamps

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles