La qualité de l'air : un nouveau souffle ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

La qualité de l'air fait à  nouveau (enfin) l'objet de débats et de travaux.

Rappelons que les PPA (Plans de protection de l'atmosphère) avaient été instaurés par le Grenelle de l'environnement mais les acteurs locaux estiment que leurs traductions en actions concrètes restent toujours très limitées ou insuffisantes.

Le cas des ZAPA (Zones d'actions prioritaires pour l'air) mises en place par l'ancien Gouvernement en est un exemple. La limitation d'accès au centre-ville pour les véhicules polluants a posé problème car pénalisant les foyers modestes. De fait, les villes candidates n'ont finalement pas déposé de dossiers et la nouvelle Ministre de l'écologie a enterré le projet.

Comme il fallait quand même avancer sur cette importante question (Bruxelles montre du doigt la France à ce sujet), plusieurs ministères ont mis en place le CIQA (Comité interministériel de la qualité de l'air). Il a élaboré depuis plusieurs semaines un plan d'actions avec les collectivités concernées. Ce plan comporte 38 mesures à partir des cinq priorités suivantes :

  • - favoriser le développement de toutes les formes de transport et de mobilité propres par des mesures incitatives;
  • - réguler le flux de véhicules dans les zones particulièrement affectées par la pollution atmosphérique;
  • - réduire les émissions des installations de combustion industrielle et individuelle;
  • - promouvoir fiscalement les véhicules et les solutions de mobilité plus vertueux en termes de qualité de l'air;
  • - informer et sensibiliser les citoyens aux enjeux de la qualité de l'air.

Parallèlement, l'Anses (l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a récemment présenté son programme de travail pour 2013 avec deux chantiers majeurs : le contrôle alimentaire mais aussi la pollution de l'air.

L'Anses travaille à la fois sur la qualité de l'air extérieur et intérieur. Cela concerne en particulier les allergènes (comme les pollueurs) et les risques liés aux particules de l'air (notamment celles issues du trafic routier).

Par ailleurs, plusieurs rapports et avis sont attendus dont l'exposition des travailleurs aux bitumes et aux pesticides.

Souhaitons que cette convergence d'intérêts dans les préoccupations et travaux débouchent sur de véritables actions concrètes et efficaces !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles