La transversalité dans les politiques publiques

La Rédaction

Sujets relatifs :

Lors du Séminaire de Culture & Départements à Arras, Laure Descamps, Directrice Culture, Sports et Jeunesse du Conseil général de la Drôme, a présenté les résultats d'une enquête portant sur l'articulation entre politique culturelle et politiques sociales de Départements qui ciblent des publics  particuliers (tels que les personnes en insertion,  les personnes âgées , handicapées, hospitalisées ou emprisonnées, la petite enfance ou les enfants placés) , ou bien encore sur des territoires prioritaires (zones sensibles, CUCS  etc.). Le résultat de cette enquête, qui porte sur 44 départements, sera très prochainement en ligne sur le site de Culture & Départements.

En contrepoint, Cédric Hardy, conseiller technique au Conseil général des Bouches-du-Rhône, a expliqué le choix de sa collectivité (qui ne s'était pas engagée dans un schéma  des enseignements artistiques)  a présenté « 13 en partage », une démarche transversale (direction de la culture / direction sociale) sur le hors temps scolaire, avec  au centre du dispositif la médiation culturelle et la pratique artistique. Le Conseil général a notamment expérimenté depuis 2010 un programme « d'Ateliers-résidence-territoire ». A partir de la résidence  d'un artiste ou d'une compagnie (ou collectif) dans un territoire prioritaire, ce programme favorise  l'implication de populations prioritaires (notamment des personnes relevant du RSA) dans le cadre d'ateliers de pratiques artistiques, avec pour finalité la création d'oeuvres artistiques participatives. Trois expérimentations (musique contemporaine, création numérique, photographie) ont vu le jour en 2010. L'année 2011 a permis de sensibiliser des relais et de lancer des ateliers, avec une phase d'échanges et d'écriture en 2012, avant diffusion en 2013 dans le cadre de Marseille Provence Capitale européenne de la culture.

C'est le cas des « Mondes de Roré », proposé par trois artistes : les récits, témoignages et traces récoltés durant trois années vont créer le 5 avril dans le 3 ème arrondissement de Marseille « un choeur polyphonique et oecuménique d'histoires simples, qui se croisant, écrivent aussi l'Histoire ». Cette opération est portée par Euphonia (Radio grenouille) et l'association Art-temps réel (logé à la Friche de la Belle de Mai). Celle-ci a l'habitude d'utiliser des dispositifs spécifiques de « lutherie électronique » : avec la conception d'instruments de musique uniques, d'un type nouveau, réalisés en fonction des capacités corporelles et des choix d'univers sonores propres à chacun, l'accès à la composition musicale est facilité pour ces populations.  Autre création musicale et scénographiée participative, le projet  1x1x, proposition artistique de Frank 2 Louise portée par les associations Seconde Nature et Emaho dans le quartier du Jas-de-Bouffan à Aix-en-Provence.

Ces expériences renvoient au rôle de l'artiste, qui en se mettant dans une situation d'empathie, de réflexivité, peut capter notamment la perte de confiance ou la fragilité des jeunes en difficulté. Alors, risque d'instrumentalisation  de la culture pour réduire les maux sociaux ? Il ne me semble pas. La culture participe à la construction de la société, c'est un « service » public. La diffusion de « l'art pour l'art » et la culture partagée par des créations participatives  n'ont pas à être opposées, elles devraient aller de pair, voire s'enrichir mutuellement.

Il est en tout cas intéressant  de noter l'importance de la confiance et de la souplesse qu'il faut accorder aux expérimentateurs (nombre de collectivités ont hélas peur), et 'importance de faire reconnaitre la nécessité d'un temps long (4 ans pour l'expérience des Bouches du Rhône) pour abattre les cloisonnements et inscrire dans la durée ce type de co-construction   Il est réjouissant aussi de voir comment des projets de ce type peuvent faire évaluer les pratiques professionnelles (« j'ai l'impression de moins gérer des flux que des personnes », propos d'un travailleur social impliqué par un tel projet). « Nous sommes à un moment charnière où plein de choses sont à inventer » a dit un participant, constatant qu'après 50 ans de divorce entre la culture et le social, de nouvelles convergences apparaissaient.

François DESCHAMPS

Photo : Laure Descamps (CG Drôme) et Cédric Hardy (CG 13)

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Funérailles laïques, RIFSEEP, accueil des migrants, management combatif, niveau de la mer, loi Egalim… Retrouvez tous les articles parus dans notre numéro de mars de La Lettre du cadre...

14/10/2021 |
Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

La chasse aux mégots a commencé

La chasse aux mégots a commencé

La gentille préfète et le grand autoroutier

La gentille préfète et le grand autoroutier

Plus d'articles