Le cas Poutou

La Rédaction

Sujets relatifs :

C'est le plus sympa des candidats, assurément. Philippe Poutou remporte la palme du candidat accessible et qui ressemble à quelqu'un que l'on croise tous les jours. Mais derrière ce bonhomme se cache une stratégie du NPA, qui veut appuyer sur la rupture entre l'électorat français et ses représentants.

France 2 a donc fini par organiser un débat. Ou plutôt, deux émissions successives en faisant défiler les candidats, sans que ceux ci ne se parlent directement. Les analystes, aussi près du scrutin, n'auront pu déterminer qui est sorti vainqueur ou défait de ces exercices tant ceux-ci apparaissent désormais totalement maîtrisés par les candidats. Les questions des journalistes, même celles qui se veulent impertinentes, sont convenues et les réponses sont maîtrisées, même chez Jean-Luc Mélenchon dont les énervements tombent toujours à pic.

Finalement, le vainqueur de ces débats pourrait être Philippe Poutou. Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) est un véritable OVNI dans la course à la présidentielle, et pour le moment, cette constatation lui avait uniquement permis de ne pas être reconnu dans la rue et de souffrir d'un déficit de notoriété.

Mais à vrai dire, son passage dans l'émission fut une vraie respiration. Tout d'abord parce que l'on sent que le naturel du candidat n'est pas surjoué, et que ce dernier est véritablement un amateur de la politique, pas vraiment friand de petite formule et plutôt axé sur la défense de ses "camarades de lutte" tant il les cite à longueur de propos. Ensuite parce que les journalistes héistent avec lui entre une vraie affection et l'inverse, c'est à dire un procès en légitimité qui frise parfois la correctionnelle.

Philippe Poutou détonne et c'est tant mieux. Il rappelle qu'avant d'être un métier, la politique est d'abord un engagement. Qu'avant de maîtriser l'art médiatique, un candidat doit avant tout maîtriser ses valeurs politiques.

Le NPA a été habile en surfant sur le déficit de représentation dont souffrent les français. En désignant Philippe Poutou, il place un candidat qui ressemble finalement à chacun des électeurs et pourrait par là nous donner une véritable leçon politique.

Seulement, Philippe Poutou ne décolle pas dans les sondages. Et il ne faut pas considérer le NPA pour plus naïf qu'il n'est.

La désignation de Philippe Poutou à la candidature ne s'est pas faite toute seule, bien au contraire. Au terme d'un processus houleux à l'intérieur du parti anticapitaliste, le poulain d'Olivier Besancenot répondait aussi à une exigence d'appareil. Et il ne faut pas oublier que derrière le discours de Philippe Poutou, qui se veut avant tout issu des masses populaires, se tiennent Olivier Besancenot et Alain Krivine, dont l'idéologie, si elle est respectable, n'en demeure pas moins tranchante et révolutionnaire (dans tous les sens du terme).

Philippe Poutou est donc à la fois un candidat sympathique, qui ressemble à chacun, et un produit électoral destiné à surfer sur la distance qui existe entre les politiques et les électeurs. Et s'il ne décolle toujours pas dans les sondages, c'est parce qu'il se casse le nez, comme d'autres, sur l'ambivalence de l'électorat français. Les Français sont toujours prompt à dénoncer les énarques et les politiques professionnels, mais ils les élisent toujours massivement au bout des scrutins.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles