abonné

Le CGFP, un nouvel évangile pour la fonction publique

Le CGFP, un nouvel évangile pour la fonction publique

© AdobeStock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Depuis le 1er mars 2022, la partie législative du code général de la fonction publique est entrée en vigueur et, corrélativement, toutes les dispositions des quatre grandes lois fondatrices du droit de la fonction publique ont été abrogées. Les employeurs publics doivent à présent se saisir de ce nouvel outil et appréhender les articles du code qui constituent désormais les bases légales des actes et décisions prises en matière de ressources humaines.

Par Michaël Verne et Cyril Auger, Itinéraires avocats

Il aura fallu pas moins de six lois d’habilitation depuis 2004, la dernière étant la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique, pour que la partie législative du code général de la fonction publique (CGFP) soit enfin adoptée par une

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

La médiation préalable obligatoire généralisée pour 7 catégories de décisions individuelles défavorables

La médiation préalable obligatoire généralisée pour 7 catégories de décisions individuelles défavorables

« Globalement positif » (ça vous rappelle quelque chose ?) et « encourageant », le Conseil d’État aime bien la médiation préalable obligatoire. Et l’État aussi d’ailleurs qui vient de préciser son champ...

Les subtilités de la réintégration après disponibilité sur demande

Les subtilités de la réintégration après disponibilité sur demande

1 607 heures : la fin du conflit ?

1 607 heures : la fin du conflit ?

L’imputabilité au service des pathologies psychiques, retour sur une jurisprudence mouvante

L’imputabilité au service des pathologies psychiques, retour sur une jurisprudence mouvante

Plus d'articles