Le détournement des moyens informatiques professionnels justifie t-il un licenciement ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

 L'usage privé du matériel informatique professionnel aux fins d'envoi de messages grossiers et dégradants à caractère sexuel justifie le licenciement de l'agent.

 Un fonctionnaire de France Telecom avait adressé (2006 / 2007) à l'une de ses collègues des courriers électroniques à caractère sexuel, confinant parfois à l'obscénité, et, pour certains d'entre eux, incitant en des termes particulièrement explicites à consentir à des rapports sexuels. A plusieurs reprises, ces messages avaient été accompagnés de films ou de photographiques pornographiques.

La juridiction d'appel a constaté que l'agent avait utilisé son ordinateur portable et son adresse de messagerie professionnelle, même s'il affirmait l'avoir fait depuis son domicile. La CAA a estimé que l'intéressé avait détourné les moyens informatiques mis à sa disposition par l'employeur pour un usage strictement professionnel, afin d'adresser un grand nombre de messages grossiers et dégradants à une ancienne collègue, en vue d'obtenir ses faveurs sexuelles.

La CAA a considéré que les faits constituaient une faute d'une gravité suffisante de nature à justifier le licenciement de l'agent, alors même que l'intéressé n'avait pas fait l'objet de poursuites pénales.

(CAA Versailles - 22 juin 2010 - n° 09 VE 02662)

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Richard Lioger : "Il faudrait créer un Pinel étudiant"

Interview

Richard Lioger : "Il faudrait créer un Pinel étudiant"

Le député Richard Lioger (LReM), avec David Corceiro (MoDem), a récemment remis un rapport d’information pointant l’insuffisance de l’offre de logements pour les étudiants et plus généralement pour les jeunes. Ce rapport, « Le...

21/01/2022 | JeunesseActus
Les missions du référent laïcité ont été précisées

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Osez la parité !

Osez la parité !

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

Plus d'articles