Le dialogue social n'appartient plus aux syndicats

Julie Krassovsky

Sujets relatifs :

,
Le dialogue social n'appartient plus aux syndicats

dialoguesocial_telephone

© tai111

Le dialogue social ne se contente plus seulement de la discussion avec les syndicats. Il est cependant inégalement porté par les directions administratives et les RH en fonction de leurs niveaux de compétence et de ce que la volonté politique permet.

Une gestion calamiteuse des ressources humaines ainsi que l’absence de dialogue social dans la fonction publique territoriale peuvent coûter cher aux finances locales, lesquelles sont désormais très contraintes par la diminution des dotations aux collectivités locales.

Dans ce contexte, le dialogue social est plus que jamais souhaitable. Toujours porté par les représentants syndicaux dans les instances paritaires, ce thème s’appuie aussi sur le rôle primordial des comités techniques et surtout, plus récemment, des CHSCT dans les collectivités territoriales qui comptent au moins 50 agents.

Anne Batailler, Consultante, ex-DRH de la mairie d’Albertville : « Les bouleversements à l’œuvre obligent au dialogue »

« Le dialogue social, pris en main par la hiérarchie administrative, les DGS et les DRH, a clairement progressé dans les collectivités. Mais, moins par choix qu’à cause des circonstances. Alors que l’état se désengage, la maîtrise de la masse salariale est devenue un enjeu financier majeur. Il y a donc une nécessité absolue de traiter avec les organisations syndicales et les agents. Seulement, de leur côté, les représentants syndicaux, très idéologues, ont du mal à comprendre que le sujet touche aujourd’hui plus à l’existence même de la collectivité qu’à la qualité du service public. La réalité est désormais sociale, managériale et financière. Les fusions, les mutualisations, la loi « Notre »… Tous ces bouleversements obligent au dialogue. L’actualité du changement d’organisation va occuper le dialogue social pendant quelque temps encore. »

Mais voilà, longtemps l’apanage des syndicats, le dialogue social nécessite aujourd’hui plus que jamais d’être porté par la hiérarchie administrative. Pour Anne Batailler, « les directions générales des services et les directions des ressources humaines prennent progressivement en charge cette question mais de façon assez variable en fonction, tout d’abord, de leur niveau de compétence et également de ce que l’élu permet ».

Les encadrants intermédiaires tardent à se saisir de la problématique du dialogue social, peut-être à cause d’un manque de formation.

En revanche, les encadrants intermédiaires tardent à se saisir de cette problématique. La faute peut-être à un manque de formation.

Mais comme le rappelle Jean-Paul Guillot, président de l’association Réalités du dialogue social, « la sensibilisation au dialogue social commence à s’inviter dans les formations initiales des fonctionnaires. L’École nationale d’administration (ENA) dispense quelques modules sur cette problématique de communication. Quelques instituts régionaux d’administration s’y mettent aussi, notamment sur la question du lien entre encadrement et dialogue ».

Jean-Paul Guillot, Président de l’association Réalités du dialogue social : « Le dialogue ne se passe pas en amont et l’avis des agents n’est pas réellement pris en compte »

« La fonction publique territoriale est marquée par un formalisme important. Depuis la signature des accords de Bercy en 2008, la concertation en vue de la mise en route d’un projet doit avoir lieu entre syndicats, agents et la hiérarchie. Or, aujourd’hui, le nombre de concertations réellement conformes à l’esprit de cette loi est encore trop rare. Le dialogue ne se passe pas en amont afin que l’avis des agents soit réellement pris en compte. Dans le même temps, les représentants syndicaux n’ont pas le monopole de la parole aux agents. Une des formes des relations sociales passe par le rôle de l’encadrant. On a longtemps eu en France des managers peu concernés par ce sujet le réservant aux comités techniques et aux syndicats. Cela progresse, mais le chemin est long car les cadres n’y sont pas préparés, notamment dans leur formation initiale. Ces deux fils de discussion sont pourtant plus que nécessaires aujourd’hui. »

À FAIRE
Impliquer les encadrants intermédiaires dans le dialogue social

À ÉVITER
Se cacher que les bouleversements en cours obligent au dialogue social

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

La où nous peinons à offrir des "Pass culture" permettant un accès complet et bon marché à nos musées, les Belges, Suisses et Allemand on une longueur d'avance. Peut-être pourrions-nous nous en inspirer ?Peut-être le haut...

19/10/2021 | Culture
Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Plus d'articles