Le Dr Poupardin va rembourser la CPAM

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le Dr Didier Poupardin, poursuivi par la Sécurité sociale pour avoir systématiquement fait bénéficier ses patients en longue maladie de remboursements à 100%, a été condamné mercredi à payer 2.514,62 euros à la CPAM pour le préjudice causé, a-t-il annoncé.

Le tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Créteil a par ailleurs débouté la CPAM du surplus de ses demandes (remboursement des frais de justice).

"C'est la victoire de la médecine du fric. Les directions de la CPAM ne cherchent qu'une seule chose: la privatisation", a regretté M. Poupardin, médecin aujourd'hui à la retraite.

La Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Créteil reprochait au praticien d'avoir délivré des ordonnances non conformes à 51 patients entre avril 2007 et mars 2008, évaluant de son côté le préjudice à 2.612 euros.

Au coeur du conflit, les ordonnances dites "bizones", des ordonnances ALM réservées aux patients en longue maladie (cancer, sida, sclérose en plaques...).

Un médecin est censé inscrire en haut de ces ordonnances les médicaments directement liés à cette affection et qui seront, à ce titre, pris en charge à 100% par la Sécurité sociale. Dans la partie inférieure, doivent figurer les traitements sans rapport avec la longue maladie et remboursés au taux habituel.

Dénonçant un règlement "arbitraire" qui revient à "découper le patient en morceaux", le Dr Poupardin avait refusé d'appliquer cette distinction.

M. Poupardin, 64 ans, qui se présente comme le "médecin des indigents", s'est toujours posé en héraut du combat pour l'accès aux soins et en rempart contre "la privatisation rampante" de l'assurance-maladie.

Malgré cette condamnation, Didier Poupardin entend continuer son combat, soutenu par son comité de soutien, composé de représentants de partis et d'associations de gauche et d'extrême gauche. Il a récemment écrit à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine ,pour demander la suppression des ordonnances bizones.

Ces ordonnances, selon M. Poupardin, posent problème à de nombreux praticiens: "Je reçois beaucoup d'appels de confrères qui font la même chose que moi, mais plus discrètement", a-t-il affirmé mercredi.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

Éditorial : qui va payer la transition climatique ?

On sait ce qu’il faut faire pour engager la transition climatique. On sait moins comment payer l’effort colossal qui est devant nous. Un des enjeux majeurs, sera notre capacité à réformer en profondeur notre appareil fiscal. Ça...

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Plus d'articles