Le futur de la ville : trois exemples

Christine Cathiard

Sujets relatifs :

, ,
Le futur de la ville : trois exemples

Gaengenviertel_Hambourg

© Ang

Riche, pauvre, malpropre, stérile, uniforme, bigarée, anonyme, familière : la ville est un lieu de contraste et aussi une concentration de problèmes. L’avenir appartient à la ville mais qui imagine la ville du 21e siècle et comment ? C’est ce que nous expose à travers trois exemples ce fabuleux documentaire d’Arte, qu’on vous résume.
Pour la première fois de notre histoire, la planète compte plus d’urbains que de ruraux. D’ici 2050, les ¾ de la population mondiale vivra dans des villes. Comment ces métropoles vont-elles accueillir cette déferlante ? Exemples de problématiques urbaines avec Londres, le bidonville de Madrid, et le logement des plus pauvres en Allemagne.

Londres, 3e ville d’Europe

Première étape du documentaire : Londres avec 8 millions d’habitants. Rencontre avec Martin Powell, qui travaille pour Siemens, au sein du pôle développement urbain. Siemens a créé « infrastructures et villes » : il travaille avec les municipalités pour organiser les réseaux de transport, énergie, eaux usées, économie…. « Les budgets des villes sont en général limités. Le but est de les optimiser afin d’améliorer la qualité de vie des habitants » explique-t-il. Ils étudient les grandes tendances et proposent des « solutions » aux principaux problèmes des grandes villes.L’avenir des villes tel qu’il l’expose n’est pas radieux : pauvreté, désordres humains…etc. Des solutions laissées selon lui aux experts et non aux habitants. C’est la municipalité et les entreprises qui doivent « donner les solutions. A l’avenir l’habitat sera sa propre petite centrale électrique » donne-t-il pour exemple.Il consulte le maire, son cabinet, les services. La gestion du trafic urbain. 2500 caméras qui surveillent la circulation. C’est siemens qui fournit le système de contrôle des feux tricolores à Londres. Chaque véhicule est sous surveillance. « Londres est une ville qui dépend de la bonne santé de ses centres d’affaires ».En effet, la troisième ville d’Europe est en concurrence avec d’autres. Singapour notamment qui réduit les taxes, et améliore son cadre de vie afin d’attirer les centres d’affaires installés à Londres. Objectif de la ville : rester vigilante face à cette concurrence. Et offrir un lieu de vie idéal pour ses habitants…et ses centres d’affaires.Voies de communication rapides et sures et mobilité verte : investissement d’un milliard d’euros pour cela. Le maire de Londres veut aussi réduire de 60% les émissions de CO2 d’ici 2025, 60 milliards d’euros : comment faire si ce n’est inciter les entreprises à venir investir dans la ville ?

Le plus grand bidonville d’Europe à Madrid

Autre image, autre lieu. La Cañada Realest un chemin boueux et cabossé, sans égout ni trottoir. Elle se situe à 20 km du centre-ville de Madrid : le long de l’autoroute, un long bidonville sur 15 km de long et large de 30 mètres. Autrefois cette bande de terre était un chemin de commerce : migrants africains et Espagnols sans emploi s’y sont installés, 10 000 habitants dans un grand vide juridique, plaque tournante de la drogue aujourd’hui. Ceux qui n’ont plus les moyens de vivre en ville viennent s’installer ici : comme cette famille avec des enfants en bas âge. Une famille marocaine. Mohamed Raji est le père, les habitants ont bricolé des raccordements aux réseaux, sans payer. Sur la CañadaReal, autoproclamée "plus grand bidonville d'Europe du Sud", vivent 7 725 personnes, selon le recensement officiel réalisé en 2011 par les trois communes qu'elle traverse (Madrid, Rivas et Coslada) – sans doute davantage. Apres 30 ans de tolérance, la municipalité veut frapper un grand coup, occupants jetés à la rue avec destruction des habitats illégaux.Canada_Reales_Madrid300 bâtiments ont déjà été rasés, dont la moitié occupée par des familles. Après des destructions massives, la municipalité change son fusil d’épaule. Nouveaux projets de la municipalité : l’urbanisation de ce bidonville avec développement durable intégré ! Création d’une zone résidentielle avec maisons mitoyennes. Les habitants pourraient acheter leur terrain et devraient s'acquitter d'impôts. Les constructions précaires seraient démolies et leurs occupants "historiques" relogés . Les habitants eux ne se sentent ni écoutés, ni représentés, juste ballottés, expulsés car ils n’ont pour la plupart pas d’emploi…ils se retrouvent relogés en foyer quelques jours et c’est la rue pour eux…

Loger les pauvres en ville : en Allemagne aussi

Une question qui existe aussi en Allemagne : apprentis, retraités, chômeurs qui veulent des loyers accessibles et manifestent dans la rue. Un grand mouvement pour le droit à la ville s’est constitué : il n’y a pas assez de logements sociaux se plaignent-ils, comme à Hambourg. Des quartiers populaires, les pauvres évincés de ces quartiers. Exemple du Gaengeviertel, qui s’autogère en coopérative. C’est la coopérative qui négocie avec la municipalité.Gaengenviertel_Hambourg« Soleil, espace, arbre », la ville verte avant l’heure selon le Corbusier. Il voulait raser les centre- ville, même à Paris. Ce dogme de la séparation géographique des activités est récent. Et ne pas vivre à côté des usines était une condition environnementale. Aujourd’hui la coexistence industrie-habitat est possible. Un urbanisme qui intègre au lieu d’exclure. On construisait des quartiers mixtes au 19ème siècle…Kreuzberg à Berlin en est un exemple, avec les riches en haut des immeubles.Riches et pauvres ont donc vécu longtemps côte à côte, voire dans les mêmes immeubles. Modèle de ville qui fonctionne ? Les moyens de transport se développant, permettant à la ville de s'étendre, et le capital financier supplantant progressivement les autres critères de distinction et de regroupement, une spécialisation des quartiers s'est développée au cours du XIXe siècle. La gentrification a changé la donne, comment recréer cette mixité sociale ? L’avenir de la société est dans le mélange diront certains urbanistes. Un défi pour la ville du futur.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles