Le maire UMP appelle la population contre les tziganes sur Facebook

La Rédaction

Sujets relatifs :

Plusieurs centaines de Tsiganes évangéliques ont été empêchés de s'installer dans un parc de Montévrain (Seine-et-Marne) par la police et le maire UMP, qui avait mobilisé la population sur Facebook pour leur faire barrage, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ces Tsiganes, qui ont tenté jeudi soir de s'installer sans autorisation dans un parc de la ville, disent avoir été "menacés" par une cinquantaine d'habitants. Ils nous ont traités "de voleurs de poules, de cambrioleurs et de sales gitans", a déclaré à l'AFP Rookie, un diacre de l'église évangélique Vie et Lumière à laquelle ils appartiennent.

Les 150 caravanes, qui s'étaient repliées sur le parking d'un magasin de cette commune de Marne-la-Vallée, ont finalement repris la route vers l'est à 11H00.

De son côté, le maire UMP Christian Robache explique que la "tension est montée" avec les habitants après qu'il eut "fait appel à la population sur Facebook" pour empêcher les gens du voyage de s'installer.

"Je vous demande à tous de vous mobiliser et pas uniquement sur Facebook, j'ai besoin d'avoir les Montévrinois à mes côtés physiquement", avait-il écrit sur son profil.

"Dans les dix minutes, on avait des gens sur place", a-t-il raconté. "Une cinquantaine de citoyens sont venus et sont restés jusqu'à trois heures du matin" devant le parc municipal où voulaient s'installer les caravanes, a-t-il poursuivi.

M. Robache s'est félicité d'une "vraie solidarité" face au "problème national des gens du voyage".

"Je n'ai pas d'aire d'accueil (des gens du voyage), mais je n'en veux pas (...) Je refuse de dépenser mes impôts pour de telles installations", a ajouté le maire de cette commune de 10.000 habitants.

Jeudi soir, il dit avoir proposé deux terrains de repli, mais les Tsiganes évangéliques affirment qu'ils étaient "sans eau ni électricité".

Côté préfecture, on souligne que la Seine-et-Marne dispose de 25 aires d'accueil et 690 places pour des caravanes, et qu'en revanche personne "ne dispose d'un droit à s'installer où il veut".

Sur Facebook, une centaine de commentaires suivaient le message de M. Robache, certains habitants le remerciant, tout en traitant les gens du voyage de "nuisibles" ou de "poux".

CC/AFP

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles