Le Maître des horloges va-t-il corriger le rythme électoral ?

Eric Landot

Sujets relatifs :

, ,
Le Maître des horloges va-t-il corriger le rythme électoral ?

sablier_calendrier_Fotolia_122233041_XS

© Brian Jackson - fotolia

Le mandat qui vient sera une succession d’élections intermédiaires. La deuxième partie, en particulier, prévoit des scrutins locaux et nationaux presque deux fois par an. À tel point que le président « maître du temps » pourrait être raisonnablement tenté de bouger le calendrier.

Notre jeune et nouveau président de la République s’est auto-institué « Maître des horloges ». Il s’agit ne pas se faire imposer le « temps médiatique » des chaînes d’information en continu.

Un calendrier électoral impossible

Mais force sera à l’exécutif, s’il a une majorité parlementaire, d’être en effet un maître des horloges… en matière électorale. D’une part, il devra tenir sa promesse concernant l’insertion d’une dose de proportionnelle (avec sans doute une baisse du nombre de parlementaires). D’autre part, et surtout il devra gérer ou rationaliser un calendrier électoral actuel impossible.

Le report des élections sénatoriales n’aura pas lieu, le président de la République l’a acté.

Certes faut-il tordre le cou de la rumeur sur un possible report des élections sénatoriales prévues pour la fin de ce mois de septembre : ce report n’aura pas lieu, ainsi que le président de la République l’a acté.

La redoutable deuxième partie de mandat

Reste la suite… laquelle s’avère redoutable au fil de la — toujours délicate — seconde moitié de mandat présidentiel :

timeline-elections

Va-t-on vers un grand regroupement en 2020 ou 2021 ?

L’exécutif n’aura-t-il pas intérêt à regrouper des élections ? Par exemple en un grand regroupement en 2020 ou 2021 ? Ô temps électoral, suspends ton envol… ou au moins ta course folle…

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles