Le trublion de la fonction publique

La Rédaction

Sujets relatifs :

Chargée de mission au conseil général d'Aquitaine, elle est l'auteure de deux ouvrages qui ont fait des remous au sein de la fonction publique : « Absolument dé-bor-dée » et « Ta carrière est finie ». Portrait de Zoé Shepard.

Se nourrissant exclusivement de chamallows, phobique du téléphone (« j'ai toujours peur de déranger ») et adepte de la réplique-boomerang, Zoé Shepard, alias Aurélie Boullet, n'en est pas moins surdiplômée, sous ses airs de fille toute simple.
Hypokhâgne, khâgne, maitrise d'histoire éco, sciences po et INET, cette acharnée de travail se décrit comme pas plus douée qu'une autre mais « ayant une grande force de travail ». « La prépa, c'est quelque chose que je conseillerais, c'est bien d'être encadré, j'ai progressé en méthodologie, on est encore un bébé quand on sort du bac ! ».
Fille de prof et passionnée d'histoire-géo, Zoé Shepard sait très jeune qu'elle sera fonctionnaire « J'aurais été déshéritée si j'avais fait une prépa HEC ». L'ambiance familiale est posée. La notion d'intérêt général et de service public ne sont pas de vagues concepts, mais bien une culture...

De sciences po aussi, elle garde un bon souvenir « de bons profs et intervenants », et pond un mémoire sur les relations entre CRC* et collectivités territoriales. Puis l'INET, l'école des futurs administrateurs, à Strasbourg...Des stages aussi, en collectivités. Et une remarque : « ce sont des stages avec un directeur de stage, on est hyper motivés, eux aussi, à la mairie de Bordeaux, j'ai beaucoup appris, mais ce serait bien d'avoir des stages en immersion, avec les collègues cadres B et C, et pas protégés par un directeur... ». Et celle qui n'a pas la langue dans sa poche de rajouter « les cadres B et C, ils en chient..."

Manager, ça s'apprend
« Manager, c'est un métier, ça ne s'apprend pas à l'INET, on n'a pas les armes pour être manager...on est généraliste en sortant de l'INET ».
Embauchée au Conseil général d'Aquitaine au sortir de la formation, elle a comme mission de « faire de l'évaluation au sein d'un service ». Poste qui se transforme rapidement : je me suis retrouvée à faire de la veille juridique, au sein d'un service relations internationales ». Une sorte de chef de mission volant, un extra-terrestre dans sa soucoupe, se posant de service en service.
Elle commence à « réclamer du boulot », puis entame un blog pour raconter la vie d'un haut-fonctionnaire qui se retrouve chargée de mission, avec peu de reconnaissance, des notes qui se retrouvent miraculeusement signées par d'autres, de petites mesquineries.
« Quelqu'un me dit en août 2008, écris un bouquin ! ». En octobre, elle est placardisée. « Très peu de boulot et cordon sanitaire. « C'était dur, je rentrais chez moi et j'écrivais du coup le soir... ». Quand le livre sort (« Absolument dé-bor-dée », sort en janvier chez Albin Michel), l'extra-terrestre est toujours dans son placard, sans savoir quel est le problème.


400 000 exemplaires vendus
Le livre fait un tabac, il est vendu à 400 000 exemplaires. Un collègue « reconnait son style ». Elle fait des radios et reçoit une « armée de messages anonymes d'administrateurs territoriaux ». Convoquée chez son DGS, elle est suspendue. Réaction ? « Prendre un avocat...et commencer à écrire le tome 2 ».
Résultat : huit mois de suspension et un tome 2 ("Ta carrière est finie » écrit de juillet à décembre), avec moult descriptions de ce que peut vivre le « placardisé » : absence de travail, réunions où l'on n'est plus invités et autres réjouissances...
On me disait que je n'étais « pas dans la bonne vibe ». On en rit. Pas longtemps. Le ridicule des situations vire au tragi-comique. Même si les personnages de ses deux livres ne sont que des « caricatures, des morceaux pris ça et là pour construire des personnages », on ne peut s'empêcher d'identifier le récit second degré à des situations que nous avons tous vécu...Comme cette DRH qui accueille l'héroïne d'un « Je vais établir avec vous un contact humain détendu et me mettre en position d'écoute active pour vous permettre d'échanger avec moi .»
Langues de bois, poncifs, absurdités de la vie quotidienne, bêtise humaine poussée à l'extrême...dans ce deuxième opus des aventures de Coconne l'assistante et Simplet le chef de service, on ne peut que se marrer, en espèrant qu'il ne s'agit pas de nous...
Après huit mois de suspension, le soulagement car « quelqu'un m'accepte dans son service ». Un service d'une personne, qui devient donc un service de deux personnes. « Une personne formidable, plein de bonnes idées, et qui me file du boulot ». Zoé Shepard est aujourd'hui occupée et heureuse de l'être. Son job : chercher des co-financements pour des projets régionaux même si « je ne fais pas beaucoup de réunions, faut dire ce qui est ».

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

L'oeil du DGS : "Bienveillance, un mot qui m'agace"

"La Lettre du cadre" lance une nouvelle rubrique, intitulée "L'oeil du DGS" : des billets d'humeur rédigés par les femmes et les hommes qui dirigent les administrations des collectivités, et qui vous proposent un regard décalé sur la...

28/10/2021 | Analyse débat
35  heures (voire moins), la lutte continue

35  heures (voire moins), la lutte continue

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Plus d'articles