Législatives, la bataille est lancée

La Rédaction

Sujets relatifs :

PARIS, 21 mai 2012 (AFP) - Les 6.591 candidats aux 577 sièges de députés ont lancé lundi la bataille des législatives des 10 et 17 juin, dont l'enjeu crucial est de savoir si François Hollande disposera de la majorité à l'Assemblée nationale.

La campagne du premier tour a commencé lundi à 00H00 et s'achèvera la veille du scrutin, le samedi 9 juin, à minuit. Pour le second tour, la campagne commencera sitôt le résultat du premier tour connu, le lundi 11 juin à 00H00, pour s'achever quelques heures avant l'ouverture du scrutin, le samedi 16 à minuit.

En Polynésie, où le premier tour a lieu une semaine plus tôt, la campagne a débuté depuis le 13 mai. Elle se terminera le 1er juin à minuit. Il en est de même pour les Français de l'étranger qui devront pour la première fois élire 11 députés.

En Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon où le scrutin a été avancé d'une journée pour tenir compte du décalage horaire, la campagne est décalée de 24 heures.

Les panneaux électoraux vont à nouveau fleurir dans toutes les communes. Le record devrait être détenu par la 8e circonscription de Paris (une partie XIIe arrondissement) où s'affrontent 23 candidats.

Les affiches sont très strictement réglementées, avec une largeur maximale de 594 mm et une hauteur maximale de 841 mm. Elles ne peuvent pas être imprimées sur papier blanc ou comprendre une combinaison des couleurs bleu, blanc et rouge.

En revanche, un candidat peut tenir toutes les réunions électorales qu'il veut, sans autorisation, ni déclaration préalable.

Il peut aussi adresser à chaque électeur une circulaire dont le texte doit être le même sur l'ensemble de la circonscription. Ces circulaires sont envoyées par une commission de propagande électorale instituée pour l'occasion. La commission devra aussi adresser à chaque mairie les bulletins de vote fournis par chaque candidat.

Les partis politiques peuvent mener campagne à la radio et à la télévision. Pour le premier tour, trois heures d'émission sont mises à la disposition de ceux qui disposent d'un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. Pour le second tour, cette durée est réduite à 01H30.
Ces temps d'antenne sont répartis en deux parts égales entre les groupes appartenant à la majorité et à ceux de l'opposition. Le temps d'antenne de chaque parti est ensuite déterminé entre les présidents des groupes concernés.

Les partis qui ne sont pas représentés par des groupes à l'Assemblée peuvent demander à bénéficier d'émissions radio-télévisées dès lors qu'ils ont au moins 75 candidats. Ils pourront alors disposer d'un temps d'antenne de 7 minutes pour le premier tour, et de 5 minutes pour le second.

Par ailleurs, tout affichage en dehors des emplacements réservés est interdit, et cela depuis le 1er décembre dernier. Toute infraction est passible d'une amende de 9.000 euros. L'utilisation de publicité commerciale, sauf pour solliciter des dons, peut être sanctionnée de 75.000 euros, tout comme les campagnes de promotion des réalisations ou de la gestion des collectivités concernées par le scrutin.

En outre, il est interdit de distribuer des tracts ou tout message à caractère électoral à partir de la veille du scrutin à 00H00.

Enfin, aucun résultat d'élection, partiel ou définitif, ne peut être communiqué au public en métropole avant la fermeture du dernier bureau de vote. La publication de tout sondage est également interdite la veille de chaque tour et le jour du scrutin.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Interview

Arnaud Bontemps : " Nous sommes confrontés à cette incapacité à faire correctement notre travail"

Le collectif « Nos services publics » a mené une grande enquête, du 30 avril au 31 août 2021, pour sonder l’état d’esprit des agents publics. Le résultat est effarant : 80 % d’entre eux expriment un sentiment...

02/12/2021 |
Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Plus d'articles