Les collectivités s’attaquent au gaspillage alimentaire

Stéphane Menu
Les collectivités s’attaquent au gaspillage alimentaire

Tupperware

© fotomatrix

La mode des « doggy bags » s’étend au secteur public. Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, les collectivités locales et les restaurants se rapprochent…

Chaque année, 14 % des déchets alimentaires proviennent du secteur de la restauration. Dans l’optique de lutter contre le gaspillage alimentaire et de limiter par ricochet les ordures ménagères des restaurateurs, le Grand Avignon a décidé de concevoir son « doggy bag », baptisé « RestObox ».

Étanche et facilement transportable, conçue dans les normes hygiéniques de transport des aliments, la RestObox permet de finir son repas à la maison.

Étanche et facilement transportable, conçue dans les normes hygiéniques de transport des aliments, la RestObox permet de finir son repas à la maison. Une fois dans le frigo, elle peut passer au micro-ondes. Elle est, cela va de soi, recyclable.

Les restaurants jouent le jeu de la lutte contre le gaspillage alimentaire

Le dispositif fonctionne sur un principe simple : lorsqu’il se trouve dans un restaurant partenaire, un client peut demander une RestObox pour emporter son repas. Certains restaurants devanceront même sa demande en lui proposant cette solution.

Une dizaine de restaurants du Grand Avignon ont d’ores et déjà adopté la « doggy bag » attitude.

Les restaurants partenaires seront identifiables grâce des stickers, des affiches ou encore des sets de table aux couleurs de la RestObox. Une dizaine de restaurants ((Liste consultable sur le www.grandavignon.fr)) du Grand Avignon ont d’ores et déjà adopté la « doggy bag » attitude. À noter que la Draff Paca (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), la région Paca, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ainsi que le département du Vaucluse soutiennent la démarche.

« Take away » en pays de Bière

D’autres collectivités ont décidé de se lancer dans l’aventure, avec une prédominance affichée pour les anglicismes. Ainsi, la communauté de communes du Pays de Bière, en Seine-et-Marne, met en place depuis peu une opération similaire.

Chaque restaurateur désireux d’entrer dans le dispositif a reçu ses « take away ». Les bouteilles sont assorties d’un bouchon liège permettant d’optimiser la conservation du contenu. Un dispositif appelé à s’entendre pour lutter contre le gaspillage alimentaire et la limitation des déchets, deux politiques publiques qui ont le vent en poupe dans les collectivités locales…

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles