Les contrastes du marché de l'emploi

La Rédaction

Sujets relatifs :

Depuis 2008, la crise économique a fortement bousculé les entreprises françaises. Elles ont dû faire face à une demande en baisse, aux soubresauts financiers, à une croissance atone et ces difficultés se sont traduites par une nette aggravation du chômage. Au delà de ce constat général les situations sont très différentes d'un secteur économique à l'autre.

Le palmarès des secteurs sinistrés est édifiant. Le secteur des activités de poste et de courrier a perdu près d'un quart de ses effectifs entre 2008 et 2011. Cela concerne bien entendu le service public mais également les entreprises privées du secteur concurrentiel. De 280 000 travailleurs, le secteur est tombé à 215 000 en 2011. C'est le secteur qui a le plus souffert en termes d'emploi dans l'Hexagone.

Viennent ensuite les télécoms qui ont perdu 35 000 emplois entre le deuxième trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2010. En troisième position, le secteur de la construction, qui comptait plus de 200 000 emplois avant que la crise financière n'éclate, a perdu près de 40 000 emplois Le plus bas a été atteint à l'automne 2010, avec un total d'emplois dans le secteur inférieur à 160 000.

D'autres secteurs connaissent un développement spectaculaire. Le Centre d'analyse stratégique, placé sous l'autorité du Premier ministre, qui a pour vocation d'orienter la stratégie du gouvernement, vient de publier une note d'analyse intitulée "Les secteurs créateurs d'emplois à moyen terme" et les premières places sont monopolisées par le secteur des services.

Arrive en tête le secteur des services opérationnels qui apparait comme le grand gagnant des prochaines années. Le nombre d'équivalents temps plein devrait croître de près de 12% en cinq ans. Il regroupe des activités de services aux entreprises, en particulier l'intérim, qui pèse particulièrement lourd en termes d'emplois, mais aussi le nettoyage et la sécurité.

En deuxième position, le secteur du conseil avec 155 000 équivalents temps plein supplémentaires d'ici à 2016, soit une croissance des effectifs de 10%. Le secteur comporte des métiers variés : informatique, ingénierie, publicité, architecture... Ce sont des emplois peu délocalisables et à forte valeur ajoutée.

Sur la troisième marche du podium, on trouve les services à la personne fortement créateurs d'emplois sous la pression du vieillissement démographique et des nouvelles demandes des familles. Il devrait connaitre une croissance de 13,2 % de ses effectifs d'ici 2016, soit 96000 emplois supplémentaires. (A noter que, dans l'étude du Centre d'analyse stratégique, cette catégorie ne concerne pas la santé, l'action sociale et l'éducation.)

Le premier secteur industriel potentiellement créateur d'emploi apparaît en 12ème position. Il s'agit du secteur de la viande et du lait, immédiatement suivi par les autres industries agro-alimentaires et la pharmacie. Ces trois secteurs représenteraient en cumulé 16000 emplois de plus d'ici 2016.

Alors la réindustrialisation dont on nous rebat les oreilles en ce moment sur les tréteaux politiques, mirage ou miroirs aux alouettes ?

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles