abonné

Les déficits, c'est la faute de l'État

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

, ,
Les déficits, c'est la faute de l'État

Crise - Cochon tirelire rose en train de couler

© Patricia W. - adobestock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Pour la deuxième année consécutive, les déficits sont en dessous de la barre des 3%. Une situation dans laquelle l'État n'est pas pour grand-chose.

Quel est l’état des déficits en France ? Qui y contribue et qui participe plutôt à améliorer la situation ?

Un coup d’œil sur les données de l’Insee sur les déficits publics en 2018 permet d’en savoir un peu plus.

Sous les trois pour cent

Disons tout d’abord qu’en 2018, le déficit public se situe sous le seuil de 3 % du PIB pour la deuxième année consécutive. Ce déficit, au sens de Maastricht, s’élève à 2,5 % du produit intérieur brut (PIB). Le voilà donc qui se réduit de nouveau, après 2,8 % en 2017 et 3,5 % en 2016.

La raison ? D’abord, une part des dépenses publiques dans le PIB[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles