Les missions locales attendent une reconnaissance de l’État

Stéphane Menu

Sujets relatifs :

, ,
Les missions locales attendent une reconnaissance de l’État

need_a_job

© Vetkit

Réunie le 25 septembre 2014, l’Union nationale des missions locales (UNML) demande à l’État de mieux accompagner son action, notamment dans la continuité du challenge relevé des emplois d’avenir.
Les missions locales ont souvent le sentiment de ramer un peu à contre-courant. D’être pointées du doigt lorsque le chômage des jeunes augmente et d’être quelque peu oubliées lorsque l’effort de mobilisation sur un dispositif public atteint in fine son objectif. Le 25 septembre dernier, l’UNML a donc dit tout haut ce qu’elle pensait tout bas depuis bien longtemps : l’État doit renforcer les crédits qui lui sont dévolus.Sur le site Localtis, Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire et réélu président du réseau, situe le niveau du défi : « Nous avons relevé le challenge des emplois d’avenir, avec 155 000 jeunes qui sont passés par ces emplois et 100 000 dans le dispositif en permanence, nous allons relever le défi de la garantie jeunes. Cela fait beaucoup et les crédits ne suffisent plus. »

Demande de crédits

L’UNML va plus loin dans sa revendication. Elle réclame des crédits de fonctionnement portés à 200 millions d’euros, contre 178,8 millions d’euros en 2014. Par ailleurs, l’union souhaite que les crédits pour l’accompagnement de jeunes en emploi d’avenir soient évalués.
L'UNML réclame des crédits de fonctionnement portés à 200 millions d'euros.
Dans le cadre de la loi de finances pour 2014, l’État a accordé 45 millions d’euros aux missions locales pour leur travail d’accompagnement dans ce nouveau dispositif pour les années 2013 et 2014. Or, suggère l’UNML dans sa motion finale adoptée à l’unanimité le 25 septembre, « les crédits pour l’accompagnement et la formation des jeunes en emploi d’avenir doivent être évalués et financés à la hauteur des besoins à prendre en compte ». Manière à peine voilée de dire que le compte n’y est pas.

L’Europe aide beaucoup… mais deux ans plus tard !

L’autre requête vise à sécuriser le financement des missions locales en saisissant pleinement l’opportunité de l’Initiative européenne de la jeunesse (IEJ). La Commission européenne a mis en place une garantie européenne pour la jeunesse, incitant les États membres à trouver une solution pour tous les jeunes de moins de 25 ans dans les quatre mois suivant la perte de leur emploi ou leur sortie de l’enseignement formel.Cette action volontariste de l’Europe se traduira dans un programme opérationnel de 432 M€ pour la France de l’IEJ mais aussi du fonds social européen (FSE), sans oublier douze déclinaisons régionales d’un montant total de 188 M€.Mais il y a un hic, immédiatement repéré par les missions locales : les fonds européens ne sont versés que deux ans après l’engagement des actions. Il faut donc que l’État avance l’argent avant d’être remboursé. Dans le cas contraire, face à une telle incertitude et au regard de l’insignifiance de leurs fonds propres, les missions locales risquent de ne pas pouvoir saisir la perche européenne.

Formation obligatoire

Ultime demande, le financement par l’État de la formation des personnels aux nouveaux dispositifs. Et ils sont nombreux : conseil en évolution professionnel, compte personnel de formation, garantie jeune, etc. Autant de défis à relever pour des agents déjà très fortement engagés dans leurs actions.
Parmi les requêtes, le financement par l’État de la formation des personnels aux nouveaux dispositifs.
Alors que le budget des missions locales est actuellement en débat à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi des finances, les syndicats ont annoncé leur intention de peser sur les débats. La CGT ML/PAIO prévoit ainsi une journée de grève le 16 octobre pour mettre en garde contre les risques liés à d’éventuelles baisses de subventions destinées à financer le pacte de responsabilité. À bon entendeur...

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Tous les mois, la Lettre du Cadre publie des expériences menées par des collectivités. Urbanisme, transports, marchés publics, mobilités douces… En Corée ou en Colombie, au Canada ou en Suède, aux Pays-Bas… Toutes ces initiatives...

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Les dessins de la semaine

Les dessins de la semaine

Plus d'articles