Les Régions et la culture, où en sommes-nous ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Pour la première fois, l'Association des Régions de France (ARF) organisait les 25 et 26 janvier, au siège de la Région Rhône-Alpes et en partenariat avec l'OPC,  des Assises « Culture et Régions ». Ces premières Assises qui ont rassemblé près de 400 personnes arrivent peut-être tard, mais il faut se réjouir d'une telle initiative qui vient mettre en exergue le travail régulier de la commission culturelle de l'ARF, actuellement présidée par Karine Gloanec Maurin, Vice-Présidente de la Région Centre.  Même si les Régions se situent derrière les autres types de collectivités en termes de dépenses publiques pour la culture, elles investissent aujourd'hui près  d'un milliard par an dans les politiques culturelles et ont acquis une véritable crédibilité, alors qu'elles partaient de loin à leur création.  Et face à un contexte de crise et de réduction des dépenses, elles maintiennent jusqu'alors leur effort.

N'ayant pas de lourds équipements à gérer (hormis la gestion des FRAC, en cogestion avec l'Etat), elles ont pu s'engager dans une logique d'aide aux projets et développer des expériences innovantes (voir par exemple le FIACRE en Rhône-Alpes). Elles ont développé une solidarité d'abord envers les artistes (notamment par des politiques de soutien à la création), mais aussi avec les associations et les  collectivités territoriales dans le cadre de leur politique d'aménagement culturel du territoire. Cela d'autant plus que les financements et le rôle des DRAC avaient tendance à être en repli, au-delà des grandes structures labellisées.

La Région a-t-elle vocation demain à jouer un véritable rôle d'ensemblier ? Un atelier instructif portait justement sur le rôle de la gouvernance culturelle, partenariale et territoriale, et sur la transversalité. D'autres variables interviennent, notamment en interne la coopération entre élus et fonctionnaires, ainsi que l'articulation avec d'autres compétences des Régions, notamment la formation et l'économie.

Fabrice Manuel,  DAC de la Région Languedoc-Roussillon, a affirmé la stratégie régionale de sa collectivité en précisant que  les intercommunalités étaient actuellement les partenaires prioritaires de la Région. Il a regretté la perte de légitimité, de sens, de force dans le discours de la part de la DRAC, tout en rappelant l'impulsion qu'avait su donner le pouvoir législatif (transfert de l'inventaire, de sites patrimoniaux, et de façon moins réussie, des enseignements artistiques).

Isabelle Laforce, DAC de la Région Nord Pas-de-Calais, a évoqué le rôle de laboratoire innovant que jouent les «  Capitales régionales de la culture », en montrant l'évolution de leur gouvernance. Quand ce fut Béthune en 2011 avec la Ville, l'Agglo et la Région, les trois collectivités furent chefs de projet, l'administration du projet se fit en régie sur chaque collectivité mais cela posa des problèmes dans la mise en oeuvre. En 2013, ce sera le tour de Dunkerque, avec là encore la Ville, l'Agglo et la Région, mais cette fois-ci, la Ville de Dunkerque a été désignée comme « autorité de gestion » pour la mise en oeuvre du projet.

Nicolas Cardou, DAC de la Région Pays de la Loire, a témoigné du long travail d'association des acteurs  culturels aux décisions dans lequel s'est engagée sa collectivité en créant il y a deux ans, après la tenue d'Assises de la culture, une Conférence régionale consultative de la culture (instance plus large que la Conférence régionale du spectacle vivant mis en place par la DRAC). Il s'agit de favoriser une parole collective, de mettre progressivement en place un langage commun (ex : qu'est-ce qu'un créateur ?)  en associant les différents métiers et institutions (Etat et collectivités). Ont été créées cinq commissions sectorielles (+ une commission « collectivités ») et quatre commissions thématiques : Économie et emploi culturels ; Relation au territoire et aux publics ; Observation ; Emergences artistiques. Concrètement, un projet de coopération interprofessionnelle voit le jour sous la forme d'une observation participative  (analyse de données, construction d'indicateurs économiques et sociaux).

Au cours du débat, Patrick Volpilhac, président du FILL et directeur d'Écla Aquitaine,  a rappelé qu'il existait d'autres lieux permettant la confrontation entre élus et professionnels, à savoir les agences culturelles régionales, et a souhaité que les Régions s'en emparent encore davantage.

Olivier Bianchi, président de la commission culture et intercommunalité de l'AdCF, a montré la complexité actuelle des intercommunalités : parmi celles qui ont pris la compétence culturelle, certaines exercent  celle-ci mais d'autres non ; et d'autres, qui  n'ont pas pris la compétence culturelle, l'exercent quand même ! Pour lui, les compétences doivent être partagées autant qu'obligées car qui peut s'exonérer de coopération partagée aujourd'hui ? a-t-il dit, en rappelant qu'il y avait déjà eu des réformes qui obligeaient les collectivités à travailler ensemble (par exemple la réforme de l'enseignement des écoles d'art).

Enfin Yves Ackermann, président de la Commission Culture de l'ADF, s'est prononcé lui aussi  pour un Etat qui fixe la ligne mais accompagné d'une décentralisation plus forte (faut-il conserver un double niveau d'administration à l'échelon régional , s'est-il demandé). Critiquant la Réforme territoriale actuelle, il pense préférable d'imaginer un double axe, avec  :
- un pôle de vision stratégique : Région/Etat/Europe
- un pôle de proximité, au plus près des habitants : Département/intercommunalités/communes

... ceci en ne revenant pas sur la compétence générale des Régions et des Départements et en conservant les financements croisés.

D'autres échanges ont porté sur l'Europe (avec notamment l'action euro-régionale de la Lorraine), et sur l'emploi, la formation et les enseignements. Plusieurs Régions ont ainsi présenté leurs dispositifs d'aide à l'emploi culturel.  La Région PACA estime que le soutien à l'emploi doit se faire dans l'optique de la pérennité de l'entreprise culturelle : elle finance durant 3 ans (sous forme d'aide dégressive) des postes d'agents de développement artistiques et culturels (ADAC) destinés à favoriser le développement des compagnies et des lieux d'expression culturelle, en conditionnant son aide à un diagnostic préalable cofinancé par la structure culturelle et la Région. La Région Haute-Normandie, quant à elle,  préfère travailler dans une logique de mutualisation  des emplois administratifs dans le secteur culturel par l'aide à des groupements d'employeurs (après diagnostic préalable des vrais besoins des structures culturelles).

Un atelier sur les industries culturelles et  numériques a interrogé  le sens des nouveaux produits et des nouveaux usages, mais aussi plus concrètement  la question des conditions d'octroi des aides pour la production cinématographique (les Régions participent au financement de la moitié des 125 films produits chaque année en France). Y sont intervenues la Région Aquitaine (qui par ailleurs est en train de construire un pôle culture et économie créative qui va réunir le Frac et les agences régionales Écla et Oara, sur le site des anciens abattoirs de Bordeaux), la Région Auvergne (politique de développent numérique et production cinématographique ) et  la Région Rhône-Alpes (nouvelle politique Culture et numérique ).

Un atelier s'est penché sur le patrimoine comme révélateur des territoires et de la société. Le Vice Président de la Région Bretagne a abordé les questions de sens et d'éthique, en pointant l'opposition possible entre le risque de repli identitaire et de l'ouverture aux autres (le lointain et le proche, alors que le proche peut nous devenir étranger). De façon plus pratique, la Région Champagne Ardenne a mis en valeur son patrimoine gastronomique (annuaire des produits du terroir) tandis que la Région Midi-Pyrénées a exposé la construction de politiques territorialisées du patrimoine, dans sa dimension partenariale avec les conseils généraux, les villes et pays d'art et d'histoire et les parcs naturels. Une interrogation centrale dans cet atelier a porté sur la place des services de l'inventaire (compétence transférée)  dans l'administration régionale, ses liens avec les Départements et les autres collectivités.

Dans l'atelier sur  le soutien à la présence des artistes sur leurs territoires, la Région Limousin a parlé du projet « GéoCulture, le Limousin vu par les artistes » ; le directeur d'ARCADI des Plateaux solidaires en Ile-de-France ; le directeur de l'usine Utopik des Relais culturels régionaux de la Région Basse Normandie, enfin la Région Centre de ses « Projets Artistiques et culturels de territoire » dits PACT. Autant d'exemples dans lesquels les Régions tentent d'apporter de l'ingénierie et de servir de laboratoires d'idées.

Quelle que soit la configuration politique à venir,  l'état actuel des relations Etat/collectivités et des collectivités entre elles se trouvera modifié après les élections présidentielles et législatives. C'est pourquoi ces Assises nationales sont venues à point nommé pour rendre compte, à partir de nombreuses expériences, le rôle d'incitateur, d'expérimentateur et de médiateur que peuvent jouer les Régions dans le domaine artistique et culturel.

François Deschamps

Photo : J.J. Queyranne , président de la Région Rhône-Alpes, et K. Gloanec-Maurin, présidente de la Commission Culture de l'ARF©FD

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles