« Les services économiques ciblent tous les acteurs économiques de leur territoire »

Philippe Nikonoff
« Les services économiques ciblent tous les acteurs économiques de leur territoire »

不動産投資

© AdobeStock

Les rapports entre les collectivités et les entreprises ont changé pendant la crise. Et pas seulement à cause de l’arrivée massive du télétravail. Reste à savoir si ces nouvelles habitudes vont s’ancrer dans le temps.

Ludivine Petitgas est directrice d’A6CMO qui propose des solutions logicielles adaptées aux besoins des collectivités locales dans le domaine du développement économique et fiscal. Dans ce cadre, elle réalise très régulièrement des formations et transferts de méthodes auprès des agents des services économiques/finances des collectivités.

Vous travaillez depuis des années sur l’accès à l’information économique par les collectivités territoriales et vous êtes par ailleurs cheffe d’entreprise, comment avez-vous vécu les deux confinements ?

En dehors du fait que le lien était plus fort dans ce moment car beaucoup d’utilisateurs avaient besoin de conseils pratiques et rapides, je retiens deux choses :

- d’une part, il y a eu pendant cette période un très grand besoin de connaissances sur le tissu économique dans son ensemble. Souvent, les collectivités travaillent davantage sur les grandes entreprises, les parcs d’activité, certaines filières ou branches. Là, il fallait connaître l’ensemble du tissu économique, y compris ces 70 % de microstructures qui n’ont pas de salariés, qui travaillent à domicile, qui ne sont pas dans des parcs, etc. C’est quelque chose de très intéressant parce que le développement économique c’est justement ça, connaître tout le monde et avoir une idée des problèmes rencontrés pour chercher des solutions adaptées à la réalité. La crise sanitaire a mis en avant le travail des collègues au sein des services économiques, souvent peu connu, et l’importance de tout le travail relationnel et de terrain avec les professionnels pour éviter les contresens, etc.

« Outre une aide financière, c’est aussi une aide pratique et elle passe par la connaissance de tout le tissu économique »

- d’autre part, j’ai été marquée par la vitesse de décision. La mise en place d’un observatoire économique et le suivi des créations et disparitions d’entreprises représentent de petits budgets. Mais il faut parfois des mois ou des années pour que la décision soit prise. Pendant cette période, les décisions se sont prises très rapidement parce qu’il fallait agir tout de suite. Nous n’avons jamais eu autant de travail mais c’était un travail très utile puisqu’il permettait aux collectivités d’être opérationnelles rapidement plutôt qu’en quelques mois. J’ai pensé à ce moment-là à mes collègues chefs d’entreprise, quel que soit leur secteur d’activité. Même si dans mon cas le confinement a apporté un surcroît de travail, tout le monde n’est pas dans ce cas, loin de là. Et je pense que pour beaucoup d’entre eux, avoir un appel de la communauté de communes ou d’agglomération pour faire le point, savoir comment on peut les aider, leur proposer de participer à un site internet valorisant les activités locales, etc. tout cela a dû les aider moralement. Outre une aide financière, c’est aussi une aide pratique et elle passe par la connaissance de tout le tissu et là aussi j’espère que cet état d’esprit restera. À titre d’exemple, plusieurs collectivités ayant opté pour un dégrèvement de la cotisation foncière des entreprises conseillent les dirigeants d’entreprises lorsque les services des impôts n’ont pas effectué le dégrèvement en les aidant dans la démarche de réclamation auprès des services des impôts (courrier, justificatifs, etc.).

Comment voyez-vous l’avenir ?

Je le vois dans la suite de ce que je viens de dire. J’ai constaté que des territoires de toute taille ont franchi le pas et mis en place des outils de connaissance de l’économie locale et j’ai vu que les équipes dans les services économiques diversifient leurs actions pour cibler tous les acteurs économiques de leur territoire, quelle que soit leur taille ou activité. Je pense que le cœur du développement économique se situe là : connaître tout le monde et aller vers un suivi plus personnalisé des entreprises du territoire. Je crois, j’espère qu’un pas a été franchi et que cela va rester et s’élargir.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles