Lex Google : jusqu'où va-t-on aller ?

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les éditeurs de presse n'en démordent pas : il faut faire payer Google pour son référencement des contenus presse. L'affaire est même montée très haut puisque le Président de la République en personne a rencontré le président de Google, Eric Schmidt, mardi 30 octobre, en compagnie des ministres concernées, Aurélie Filippetti et Fleur Pellerin.

François Hollande, rapporte ActuaLitté, a enjoint Google de trouver un terrain d'entente avec la presse, et ne ferme pas la porte à la promulgation d'une loi si aucun accord n'était trouvé. Au sommet de l'Etat, comme chez nos voisins Allemands, on encourage donc un secteur moribond à continuer de retarder une inexorable remise en question et à rester sous une confortable perfusion au frais de la princesse !

L'aspect économique de l'affaire pourrait paraître anecdotique mais la vision du Web qu'elle véhicule a tout du mauvais film. Elle démontre une fois de plus l'inculture numérique d'un certain nombre de dirigeants, qu'ils appartiennent à la sphère économique ou politique. Comment, en effet, justifier la taxation de la création de liens hypertexte alors qu'il s'agit de l'essence même d'Internet ? Et quelle idée aussi saugrenue qu'inapplicable que de vouloir taxer les liens qui visent "le public de France" !

Qui taxer ? Comment taxer ? Nous, professionnels de l'information, serons-nous nous aussi taxés dès lors qu'on produit des livrables d'information contenant des liens hypertexte ? J'extrapole, bien sûr, mais la jurisprudence étrangère et la demande des éditeurs de presse posent question quant au niveau auquel il faudra placer le curseur...

L'éventualité d'une Lex Google s'éloigne un peu, au profit d'un accord entre Google et éditeur, aussi discutable que la loi et en plus totalement opaque. Quoi qu'il arrive, le dénouement de l'affaire sera d'une importance capitale.

A lire également :

- Point de vue très critique de Benoît Raphaël sur le site de La Tribune : "Google contre les éditeurs de presse: au bal des hypocrites".

- "Pour ou contre taxer Google pour financer la presse ?", Martin Untersinger, Rue89 (qui est contre, comme tous les membres du Spiil).

- Derrière la taxe Google, la volonté de faire mettre la main au portefeuille au géant américain ? C'est l'hypothèse relayée par le Canard Enchaîné et Ecrans (entre autres). Owni en révèle les principaux éléments : "Les 12 milliards de Google en Irlande", Guillaume Dasquié.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles